Imprimer cette page
mardi, 22 janvier 2013 15:42

Communiqué du SIEL sur les évènements au Mali

Écrit par 

communique officiel

Dans un communiqué publié en octobre dernier, le SIEL appelait le Président de la République à sortir de ses hésitations et à mettre en œuvre, passant outre les réticences de plusieurs de nos alliés, une intervention militaire directe au Mali en vue d'aider cet Etat du cœur de la francophonie à restaurer son intégrité territoriale et sa souveraineté. Le SIEL, rare parti français à réclamer une telle initiative, félicite M. Hollande d'avoir démenti le scepticisme général et lui demande d'engager tous les moyens nécessaires à la réussite complète de l'opération Serval. Il appelle tous les Français à soutenir une intervention qui répond de bien des manières à l'intérêt national.

Le SIEL estime que cette initiative doit être comprise comme le premier acte d'une réorientation de notre politique étrangère, dégageant la France des équivoques diplomatiques où l'ont entraînées les puissances anglo-saxonnes et la prétendue "Politique Etrangère Commune" de l'Union européenne, équivoques qui ont en réalité, sous couvert d'imposer la démocratie par la force et de célébrer un "printemps arabe", partout favorisé l'islamisme le plus agressif. La France doit à présent reconnaître l'erreur que fut son intervention en Libye, erreur évidente quand on constate qu'elle combat aujourd'hui contre des bandes qu'elle a elle-même contribué à armer il y a peu, comme elle doit sortir de la coalition sunno-étatsunienne visant à installer à Damas un gouvernement islamiste dont les Syriens ne veulent pas. Elle doit par dessus tout se dégager des sortilèges de la relation dite privilégiée avec le Qatar, et d'un sunnisme instrumentalisé aux fins de radicaliser les positions dans la région.

Le SIEL souhaite aussi qu'une telle réorientation diplomatique rende à l'Afrique, et particulièrement à la francophonie africaine, qu'il s'agisse du Maghreb ou de l'Afrique subsaharienne dont les destins sont de plus en plus liés, la place privilégiée qu'elle avait au temps de ce que l'idéologie mondialiste a abusivement flétri soue le nom de "Françafrique". L'Afrique, par ses richesses humaines comme par son potentiel naturel, est le continent le plus prometteur du XXIème siècle ; elle est aussi l'avenir de la francophonie et nul ne peut cacher que, au delà des considérations humanitaires fondées mais insuffisantes, les relations multiformes que la France saura y entretenir et y développer sont plus que jamais garantes de notre rôle de puissance mondiale. Tel est le premier enjeu de l'intervention française au Mali et la perspective dans laquelle elle doit s'inscrire.

Paris, 22 janvier 2013

Lu 2620 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL