Imprimer cette page
vendredi, 03 octobre 2014 20:21

Salle Pleyel, librairie Delamain, ouverture non-stop des musées nationaux : le monde de la culture dans la tourmente

Écrit par 

par Karim Ouchikh
Président exécutif du SIEL
Administrateur national du Rassemblement Bleu Marine
Conseiller de Marine Le Pen à la Culture et à la Francophonie
Conseiller municipal de Gonesse

salle-pleyelTrois évènements récents assombrissent l’actualité culturelle de cet automne. Fondée en 1700, la librairie Delamain, la plus ancienne de la ville de Paris, est menacée de fermeture en raison du loyer exorbitant que le nouveau propriétaire des murs, le fonds qatari Constellation Hôtel Holding, entend imposer à la vénérable institution. La salle Pleyel ne produira bientôt plus de manifestations liées à la musique classique : le prochain exploitant de la salle mythique de la rue du Faubourg Saint-Honoré devra en effet concevoir une programmation centrée exclusivement sur le rock, la pop, les comédies musicales et l’humour. Enfin, Le Louvre, Versailles et Orsay ouvriront désormais sept jours sur sept.

Ces faits sont les symptômes d’une même crise qui frappe de plein fouet la vie culturelle française. Après la fermeture en 2013 des 26 magasins du réseau Virgin et des 53 librairies exploitées sous l’enseigne Chapitre, la condamnation programmée de la librairie Delamain confirme l’état catastrophique de la filière du commerce du livre, mise à mal par une pratique en perdition de la lecture, par le poids exorbitant des loyers commerciaux et la concurrence des géants du commerce de la vente en ligne (Amazon…). Alors que les orchestres symphoniques de Radio France (Orchestre national de France, Orchestre philharmonique de Radio France) sont plongés dans des luttes intestines perpétuelles et que les orchestres associatifs de la capitale (orchestre Colonne…) peinent à trouver des équipements fiables pour se produire, la mutation annoncée de la salle Pleyel va réduire drastiquement les capacités de Paris à diffuser la musique classique ; à quoi s’ajoute la programmation malencontreuse de la Philharmonie de Paris qui sera réorientée vers des concerts de musique du monde et de musique actuelle, à l’occasion de son inauguration en janvier prochain sur le site du parc de la Villette….Enfin, l’ouverture permanente des trois grandes institutions culturelles d’Ile-de-France n’a pas d’autre ambition que de privilégier, à prix fort, l’accueil intensif des touristes, au préjudice des missions de service public assumées par ces grandes institutions culturelles, lesquelles seront donc vouées à être mises sous le boisseau.

Pris dans leur ensemble, ces faits préoccupants relèvent au fond d’une même fuite en avant : celle de la rentabilité financière, dont le ressort implacable condamne les acteurs culturels de notre pays à rechercher toujours plus de profit. Cette dérive purement comptable des institutions publiques et privées de notre pays est inacceptable : selon notre conception des choses, la culture donne avant tout naissance à un ensemble de créations inédites qui ne saurait être tributaire des seules logiques marchandes. C’est bien ce rapport singulier aux œuvres de l’esprit qu’il appartient aux pouvoirs publics de préserver précieusement, - en se dotant d’instruments politiques et de moyens financiers appropriés -, mission considérable à laquelle se dérobe aujourd’hui un ministère de la Culture manifestement plongé dans la torpeur. 

Sur toutes ces affaires qui mettent en péril l’intégrité de notre exception culturelle, il est grand temps que Fleur Pellerin prenne la mesure de l’importance des devoirs liés à sa charge et réagisse sans plus tarder en prenant ici les trois décisions qui s’imposent : la librairie Delamain ne doit pas fermer ; la programmation de la salle Pleyel et de la Philharmonie de Paris, centrée sur la musique classique, doit être sanctuarisée ; pour préserver l’esprit des lieux, nos trois musées nationaux ne doivent pas se voir imposer des horaires d’ouverture illimités.

Lu 2357 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL