Imprimer cette page
mardi, 06 janvier 2015 20:55

« La Manif pour tous » victime de répression politique : le SIEL somme le pouvoir socialiste de s’expliquer

Écrit par 


par Karim Ouchikh
Président du SIEL
Administrateur national du Rassemblement Bleu Marine
Conseiller de Marine Le Pen à la Culture et à la Francophonie
Conseiller municipal et d'agglomération de Gonesse


mptDans une lettre adressée ces derniers jours au ministère de l’Intérieur au sujet de certains incidents qui émaillèrent en 2013 le mouvement populaire de protestation contre la loi Taubira, le Défenseur des droits vient de condamner fermement les pratiques policières illégales dont furent victimes, sur les consignes explicites du gouvernement socialiste, les partisans de «La Manif pour tous ».

Se fondant sur des investigations menées auprès des forces de l’ordre et des manifestants qui défilèrent paisiblement en famille, Jacques Toubon dénonce ainsi avec force l’existence d’innombrables gardes à vue injustifiées qui portent atteinte à la liberté d’aller et venir, mais aussi les modalités de fouille des sacs qui n’ont pas été conformes au droit, ou bien encore le caractère disproportionné de l’interdiction générale faite au public, présent lors du défilé du 14 juillet sur les Champs-Élysées, de porter un vêtement ou de détenir un fanion floqués du logo du mouvement « La Manif Pour Tous ».

En rappelant à cette occasion que « la liberté d’expression est de rang constitutionnel et bénéficie à ce titre d’une protection accrue », Jacques Toubon souligne la gravité des manquements au respect des libertés publiques dont s’est rendu coupable Manuel Valls, ministre de l’Intérieur de l’époque.

Après avoir tenté de minimiser un mouvement de protestation social puissant, qui ne cesse de s’amplifier depuis deux ans, le pouvoir socialiste s’est appliqué méthodiquement à le discréditer par l’usage invraisemblable de sa propagande idéologique, mais aussi le faire taire par l’emploi abusif de la force policière. Partageant l’indignation du Défenseur des droits, le SIEL somme le ministère de l’Intérieur de s’expliquer immédiatement sur ces atteintes liberticides inédites, lesquelles apparaissent désormais, aux yeux de bien des Français, comme étant constitutives d’une forme larvée de répression politique à l’égard des partisans de la famille traditionnelle.

Lu 2274 fois
Karim Ouchikh

Président du SIEL,
Conseiller municipal et d’agglomération de Gonesse,
Conseiller régional Ile-de-France.

Réseaux sociaux

Derniers textes de Karim Ouchikh