Imprimer cette page
vendredi, 31 juillet 2015 00:15

Sur la gestion RPS des "migrants" de Calais

Écrit par 

Le SIEL dénonce la complicité inhumaine de la droite et de la gauche qui consiste à accorder aux clandestins des secours d'urgence et favoriser les passeurs, ces négriers du 21ème siècle. Ces passeurs réalisent selon le dernier rapport de l'ONU un chiffre d'affaires de 7 milliards de dollars grâce au laxisme des "pseudo humanitaires". Qui a fait croire à ces milliers d’individus, partis en laissant leur terre, leur famille, que l’avenir serait meilleur chez nous ? Il faut voir Calais au petit matin, des campeurs de fortune divaguant sans bien après une nuit en plein air !

Ce qui serait humain, c'est que la France envoie un signal fort au monde "Il n'y a pas de place chez nous. Nous n'en pouvons plus !". Les Calaisiens voient leur ville se transformer en camp de fortune, avec l’augmentation de la criminalité qui accompagne toute période troublée. Toute la région Nord-Pas-de-Calais subit cette invasion et doit, chaque jour un peu plus, faire avec la présence d’individus errant au bord des routes ou dans leurs cités. De Dunkerque à Boulogne, pas une commune ne peut ignorer ce phénomène.

Les élus RPS sont des élus généreux... généreux avec l'argent des autres, avec l'argent des habitants du littoral. Mais grands humanistes qu'ils sont pourquoi ne les hébergent-ils pas chez eux et à leurs frais ? Ils ferment les yeux sur les conditions de vie indignes que mènent des humains à la dérive. Ils ferment les yeux sur l’argent qui sert la précarité au lieu d’être utilisé pour les besoins et les urgences, hélas, bien trop nombreux chez nous. Quand des communes du littoral frôlent les 20% de chômage, il est indécent de ne pas venir en priorité en aide aux nôtres.

Le Gouvernement demande à Eurotunnel de prendre des mesures draconiennes pour empêcher les migrants de passer en force. Ce pouvoir socialiste demande aux Anglais de "prendre leurs responsabilités" sur ce dossier ! Mais cette majorité socialiste prend-elle ses responsabilités ? Non, bien sûr, elle préfère attribuer les fautes aux autres plutôt que de s'attaquer aux sources du problème. Parallèlement, comme dans tous dossiers qu'il traite, le Gouvernement joue le pourrissement de la situation en espérant que tout sera résolu par le temps. C'est une grossière et dangereuse idée.

Lu 2652 fois
Clotilde Libert


Déléguée départemental SIEL du Nord

Derniers textes de Clotilde Libert