Imprimer cette page
dimanche, 23 août 2015 20:27

Le SIEL sur les pas de Charles Péguy

Écrit par 

Le samedi 5 septembre 1914 en fin d’après-midi, le lieutenant Charles Péguy est tué aux abords du village de Villeroy près de Meaux, foudroyé d’une balle en plein front, à l’instant même où il se lance à l’assaut des lignes allemandes à la tête de la 19ème compagnie du 276ème régiment d’infanterie de Coulommiers. La mort héroïque de l’officier réserviste, âgé de 41 ans, marque le dénouement symbolique d’un premier mois de combats meurtriers au cours duquel les troupes allemandes prirent largement le dessus sur les armées franco-britannique, avant que celles-ci ne battent retraite le 6 septembre à la suite de la contre-offensive menée sous les ordres du général Joffre, lors de la fameuse bataille de la Marne.

Ecrivain engagé dans les combats politiques de son siècle, oeuvrant dans un premier temps aux côtés des forces de la gauche naissante avant de s’en éloigner au lendemain de l’affaire Dreyfus, redécouvrant sur le tard la foi catholique de son enfance, Charles Péguy fut d’abord un homme aux convictions inébranlables, intransigeant vis-à-vis des autres comme de lui-même, qui n’hésita pas, au fil d’une œuvre littéraire abondante, à dénoncer les compromissions avec la métaphysique d’Etat, à pourfendre l’illusion modernisme et à combattre l’emprise de l’argent sur la société. Embrassant l’histoire de France en son entier, en refusant toujours d’opposer l’Ancien régime à la République, magnifiant avec passion l’épopée de Jeanne d’Arc, il fut le chantre d’une conception charnelle de la patrie qui ne pouvait à ses yeux que faire corps, intensément, avec l’héritage chrétien de notre pays.

Cette grande figure intellectuelle est aujourd’hui passablement délaissée, négligée à la fois par une classe politique paresseuse et une opinion publique déculturée qui, l’une comme l’autre, méconnaissent la singularité de son itinéraire intérieur et l’exemplarité de son action publique. Le SIEL a choisi de ne pas ignorer Charles Péguy, en considérant que les ressources de sa pensée sont loin d’être épuisées et que son itinéraire doit inspirer encore et toujours l’action des formations politiques attachées à la grandeur de la France et à la prospérité de notre peuple : agir pour le bien de notre pays, en le débarrassant du trouble identitaire qui le traumatise depuis trop longtemps, est une entreprise noble et exigeante qui requiert de ne jamais ignorer les racines historiques et culturelles authentiques de notre patrie.

Le 5 septembre 2014, une délégation du SIEL avait honoré la mémoire de Charles Péguy à l’occasion du centenaire de sa mort, qui ne fut célébrée alors par aucun autre parti. Cette année encore, le SIEL lui rendra hommage : une gerbe sera déposée le 5 septembre 2015, à 11 heures 45, au pied de la Nécropole nationale ‘’Grande Tombe de Villeroy’’ qui abrite, en une seule et même sépulture sacrée, les dépouilles de 136 combattants dont celle du grand poète. Organisée le long de la RD 129 entre les communes de Villeroy et de Chauconin-Neufmoutier (Seine-et-Marne), cette manifestation est ouverte aux adhérents et sympathisants du SIEL mais aussi à tous les patriotes attachés à la personne et à l’œuvre de Charles Péguy.

(*) Pour tous renseignements et inscriptions, veuillez contacter le SIEL (06 74 66 25 51 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

Lu 3690 fois
Karim Ouchikh

Président du SIEL,
Conseiller municipal et d’agglomération de Gonesse,
Conseiller régional Ile-de-France.

Réseaux sociaux

Derniers textes de Karim Ouchikh