Imprimer cette page
vendredi, 23 mars 2012 20:16

Tous unis contre le naufrage

Écrit par 

Communiqué de Paul Marie Coûteaux

La France, au XXIème siècle, va affronter une impressionnante série de défis qui, d'ores et déjà, requièrent la mobilisation de toutes ses forces, l'union de tout son peuple, le courage et la lucidité de tous ses responsables, en un mot le service d'une grande politique. "Depuis qu'elle n'est plus au premier rang de la puissance, la France doit mener une grande politique ; sinon, elle ne sera plus rien". De Gaulle situe à bonne hauteur le choix présidentiel.

De cette grande politique, la France est aujourd'hui orpheline. Orpheline d'une diplomatie originale, protectrice de l'indépendance des peuples, dégagée de l'hégémonie politique, militaire et culturelle de l'empire états-unien et libre des prêts à penser intellectuels du mondialisme marchand ; orpheline d'une politique économique, industrielle et agricole qui, délivrée des dogmes de la supranationalité européenne, des carcans de la monnaie unique et des errances du libre-échange mondialiste, pourrait valoriser ses atouts naturels, la sagesse de ses traditions et le savoir faire de son peuple, si ingénieux quand il est libre, pour faire d'elle l'exemple d'une grande nation explorant, en coopération avec les nations de tous les continents, notamment les peuples francophones, les voies d'un autre modèle de développement, plus solidaire, plus respectueux des ressources de la planète et des véritables besoins des hommes, délié des engrenages du mondialisme marchand qui nie jusqu'à l'humanité de l'Homme. Face aux dérives du "tout-religieux" et à celles du "tout-marché", la France doit dire au monde qu'il existe une autre voie, celle de l'action collective, rationnelle et continue, la voie de la politique.

La France est orpheline de responsables qui l'apprécient assez pour l'aimer, qui connaissent assez son être historique la servir et ne servir qu'elle, ainsi que assez les points cardinaux de sa politique traditionnelle pour la défendre : souveraineté des nations face à toutes les formes d'hégémonie; souveraineté de l'Etat, seul détenteur du Bien Commun face aux féodalités; souveraineté du peuple et, pour commencer, souveraineté d'une civilisation originale dont les valeurs, le patrimoine et jusqu'à la langue sont aujourd'hui relégués dans les ténèbres d'une histoire systématiquement déformée et finalement oubliée. La France des monastères et des cathédrales, la France des villages et des champs, la France du souvenir pieux de ses serviteurs, soldats et créateurs, l'une des anciennes et prestigieuses nations du monde n'a plus de service. Il est désolant que, depuis qu'elle s'est fourvoyée avec le traité de Maëstricht dans l'impasse européenne, chacun de ceux qui ont tenté de relever son drapeau soient l'un après l'autre sortis de la scène.

Un nouveau mouvement, Souveraineté, Indépendance Et Libertés (SIEL), tient son congrès fondateur ce 24 mars, entendant ainsi relever et réunir une famille politique qui se veut héritière de la politique de la France. Réunissant des souverainistes dispersés, des gaullistes orphelins, des patriotes découragés, et soucieux de réaliser l'unité de tous ceux qui croient aux chances de la France, SIEL soutient la candidature de Marine Le Pen et a conclu avec le Front National une alliance législative aux termes de laquelle il présentera plusieurs dizaines de candidats sous une bannière commune, dont Marine Le Pen annoncera le nom à cette occasion.

Indifférent aux dogmes de la pensée dominante, le SIEL se situe résolument à la droite de l'échiquier politique. Il appelle au rassemblement de tous les Français face au naufrage de la France qui parait se profiler derrière l'élection du candidat des gauches. Il s'alarme de ce que, après la plupart des villes de France, la grande majorité des Conseils généraux et des Conseils régionaux et désormais le Sénat de la République, la coalition des gauches puisse aussi détenir la Présidence de la République puis l'Assemblée nationale, en sorte que, si l'on ajoute à ces pouvoirs institutionnels sa prééminence dans la plupart des moyens d'expression publique, c'est la totalité de la vie politique et culturelle française qui pourrait être sous son contrôle. La perspective de cette hégémonie est d'autant plus insupportable que l'immense majorité des Français la refuse et qu'elle ne règne que par notre incapacité à réunir une grande force nationale capable de rassembler sur l'essentiel de la France.

Le Congrès fondateur du SIEL aura lieu le samedi 24 mars, de 13 à 18 heures, à la Maison de la Chimie (28 bis, rue saint Dominique à Paris). A cette occasion sera présentée une première série de candidats souverainistes. Deux anciens responsables du Mouvement pour la France liront la lettre que dix d'entre eux ont adressée aux membres du MPF pour qu'ils les rejoignent dans le rassemblement national en train de se créer; de même des anciens militants de DLR lanceront un appel à Nicolas Dupont-Aignan à renoncer à sa démarche solitaire, et des personnalités gaullistes et anciens cadres de l'UMP appelleront leurs compagnons à sortir des équivoques de la droite dite "de gouvernement". Seront notamment présents les professeurs Catherine Rouvier, Gilles Lebreton, plusieurs écrivains dont Renaud Camus, président du Parti de l'In-Nocence et Marine Le Pen, invitée d'honneur du Congrès.

Lu 3627 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL