Imprimer cette page
mercredi, 27 avril 2016 15:33

Bravo et merci DCNS

Écrit par 

Ce contrat de construction de 12 sous-marins pour l’Australie constitue la reconnaissance de l’excellence des ouvriers, techniciens et ingénieurs français dans la construction navale militaire. Contrat éblouissant car il englobe ce qu’on appelle le « life-cost cycle » ou coût de possession.
Ce défi technologique démarre aux études, se poursuit par la construction et les essais, la préparation des personnels, l’édification des locaux et autres formes de radoub en Australie. Il se complète par la maintenance et le suivi en service, pour s’achever au jour du démantèlement de chacun des navires en fin de vie.
Soit 50 années de travail pour le génie français. Du l’emploi donc pour l’établissement Nantais d’Indret, pour le port de Cherbourg mais quasiment rien pour Brest qui ne possède plus qu’un potentiel insignifiant pour participer à ce défi.
Ainsi, il faut regretter que le premier magistrat de la ville Mr CUILLANDRE et sa consoeur, la député socialiste Mme ADAM aient laissé liquider sans ciller le potentiel brestois en matière de construction navale (le plateau des Capucins). Il faut bien reconnaître qu’ils se distinguent tous deux par leur manque d’entrain et de charisme pour faire rayonner le Ponant.

Alain Rousseau
Délégué Régional SIEL Bretagne
Ancien ingénieur à DCN Indret

Lu 1957 fois
Alain Rousseau

Délégué régional SIEL Bretagne

Derniers textes de Alain Rousseau