Imprimer cette page
vendredi, 06 mai 2016 21:58

Jeanne sur le parcours des enfants Nantais

Écrit par 

L’heure est à l’ agora et on le voit à Paris, au rétablissement des rites. Le SIEL Bretagne s’y est rallié en empruntant pédestrement et pour la première fois le 1er mai, la place Saint Pierre, les rues Joffre, Dufour et Donatien de l’ancienne capitale des Namnètes, pour gagner enfin la place des Enfants Nantais surplombée par la statue équestre de Jeanne d’Arc.
Sur le parcours, de seulement 2 km, pas moins de trois églises à l’architecture merveilleuse se dressent, témoins de la fascination de nos aïeux pour cette religion qui a fait de la France la fille aînée de l’Eglise.
Après le dépôt de gerbes et l’hommage à Sainte Jeanne, quelques vers de Charles Péguy ont résonné avec force devant la basilique Saint Donatien-et-Saint Rogatien. Des curieux prenaient des photos car nous avions osé en bravant les regards et la souillure discontinue des tags multicolores.
En quittant Jeanne c’est d’un commun accord, que chacun a fait vœu de faire perdurer cet hommage pour le transformer en rite au delà des générations présentes.(Ah ! j’oubliais… un peu plus loin, l’église Saint Joseph, au rite Tridentin).
Démonstration publique, empreinte d’irrévérence effrontée quand, c’est avec délectation que les médias nous rebattent les oreilles en nous inculquant l’adoration d’Internet et des « e » blabla car, airbnb etc… et, en nous promettant un virtuel bonheur si nous nous soumettons à cette mode du virtuel. Le chantre en la matière en est le Grand Maître Luc Ferry qui, invité aux petits déj de Radio Classique, se fait l’apôtre de la dérégulation. Il a soutenu un matin où il était goguenard et très en verve, que « ce qu’enseignait la religion catholique était trop merveilleux pour être vrai ». Luc fait par exemple table rase de ces innombrables soldats français agonisant qui ont eu l’extrême sursaut d’écrire un mot et de confier leur âme à Dieu avant le grand départ.
Car immanquablement, le spirituel l’emporte sur les bonheurs éphémères terrestres portés par, entre autres Internet, et tant mieux si la foi est un remède contre l’angoisse et la solitude de la mort.

Lu 1928 fois
Alain Rousseau

Délégué régional SIEL Bretagne

Derniers textes de Alain Rousseau