Imprimer cette page
dimanche, 11 novembre 2018 20:38

Commémorations du 11 Novembre 1918 : Karim Ouchikh et le SIEL dénoncent le projet de "Collectivité européenne d'Alsace"

Écrit par 

En tant que Président du mouvement Souveraineté, Identité et Liberté (plus connu par son acronyme le SIEL), je ne pouvais pas faire l’économie de ce déplacement à Metz pour au moins trois raisons :

- La première, la commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918 et de la Victoire de la France.
Il s’agit par ce dépôt de gerbe aux monuments aux morts de rendre hommage à nos « poilus » à ces familles françaises blessées dans leur chair qui par les souffrances endurées, leurs engagements, leurs bravoures, leurs sacrifices ont témoignés de leur confiance dans la grandeur de la France, de cette « France éternelle, de la France qui se bat, la vrai France» pour reprendre l’expression du Gal de Gaulle.
Aussi, à l’heure où la transmission des valeurs traverse une véritable crise ou la perte de repère est une réalité pour notre jeunesse, je souhaite par ce geste rappeler les victoires de nos armées et préciser que la mort au combat de nos poilus n’a pas été vaine. A travers eux, c’est le combat pour notre Souveraineté.

- La seconde raison est le retour à la « Mère patrie » de l’Alsace et Lorraine ou plus précisément de l’Alsace et Moselle après 47 ans d’occupation allemande, suite à la défaite de 1870. Une occupation souvent humiliante, brutale, implacable avec pour ambition de détruire cet art de « vivre à la française ».
Ce rattachement à la « mère patrie » couvait sous les cendres jusqu’à la Victoire témoignant, au-delà des épreuves, l’importance de l’attachement des peuples à un territoire, à une culture à une Histoire commencée dès le XVI siècle jusqu’à la constitution des Trois évêchés de Cambrai- Verdun Toul et Metz.
C’est en souvenir de ces liens que j’ai voulu déposer au pied du Monument aux Morts une deuxième gerbe pour rappeler ce retour des « Provinces perdues » selon l’expression consacrée de l’époque et les souffrances endurées par ces familles en 1870, en 1914/1918 puis plus tard sous l’Occupation avec la présence d’un Gauleiter face à l’ennemi mais aussi dans les exodes . A travers cette Histoire c’est le combat pour l’Identité.

- La troisième raison s’inscrit dans l’actualité, elle fait référence à la naissance de la « Collectivité européenne d’Alsace » lancée par le Gouvernement d’E. Philippe, le Président du Conseil Régional du Grand Est et les Présidents des Conseils départementaux du Bas –Rhin et Haut – Rhin prévue pour 2021.
Face à cette Histoire, je m’interroge sur le bien-fondé de cette mesure. Créer une énième collectivité c’est renforcer le mille feuille territoriale, admettre de facto l’échec de la réforme territoriale de 2015 et plus précisément la création de la région Grand Est en fusionnant des Terres que tout oppose comme Champagne-Ardenne, Lorraine, Alsace, c’est enfin faire peu de cas, par nos élites du référendum du 7 avril 2013 où une majorité d’Alsaciens avait refusé le projet de fusion des deux Conseils Généraux du Haut et Bas Rhin
J’y vois, la main de militants régionalistes favorables à l’Europe des régions aux défenseurs d’une Europe des Nations.
J’y vois aussi le renoncement de nos « élites » qui oeuvrent à la dissolution de notre République « une et indivisible » au profit d’une Union européenne soumise aux Cartels au détriment des peuples et de leurs histoires. A travers cette reforme, c’est le combat pour notre Liberté.
Souveraineté, Identité et Liberté en tant que Président du SIEL est une très belle devise pour les élections européennes.

Lu 397 fois
Karim Ouchikh

Président du SIEL,
Conseiller municipal et d’agglomération de Gonesse,
Conseiller régional Ile-de-France.

Réseaux sociaux

Derniers textes de Karim Ouchikh