Imprimer cette page
dimanche, 20 mai 2012 00:12

Les candidats du Rassemblement Bleu Marine qui ont enregistré leur candidature ce lundi 14 mai

Écrit par 

2000157 5e2939dc-9e13-11e1-82ab-00151780182cMelun, le 14 mai 2012. Les onze candidats du Front national, emmenés par Marie-Christine Arnautu, candidate à Meaux-Lizy, se sont rendus ensemble à la préfecture.

Ils ont été les derniers à dévoiler leur liste au complet, mais les premiers à enregistrer officiellement leur candidature aux législatives. Hier, les onze candidats du Rassemblement bleu Marine, nom sous lequel le Front national allié au petit parti Souveraineté, indépendance et libertés (Siel) fera campagne, se sont présentés à la préfecture, puis se sont prêtés aux questions de la presse. Cette fois, contrairement aux cantonales de mars 2011, le Rassemblement bleu Marine ne se cachera pas, boosté par le score de Marine Le Pen à la présidentielle dans le département (19,7%). Malgré une campagne éclair, il espère faire encore mieux et imagine « avoir des députés de Seine-et-Marne ».

La numéro deux du FN veut faire tomber Copé. Marie-Christine Arnautu aimerait renverser le député-maire (UMP) de Meaux, Jean-François Copé, dans la 6e circonscription (Meaux, Lizy). La numéro deux du FN, qui se présente ici pour la quatrième fois, a des ambitions partagées par le secrétaire départemental, Pascal Aberlen. Cet électricien de Verdelot affronte pour la seconde fois le député-maire (UMP) de Provins, Christian Jacob, dans la 4e (Rebais, Provins). Martine Clément-Launay, candidate à toutes les élections dans le secteur de Tournan- en-Brie (9e) depuis vingt ans, devrait encore voir ses espoirs de victoire déçus.

Des candidats porte-parole de Marine Le Pen. Certains, comme Gilbert Boucly (2e, Fontainebleau) ou Chantal Delhaye (8e, Torcy), rempilent après avoir participé aux dernières cantonales. Robert Claus (5e, Coulommiers) était le directeur de campagne de sa femme dans le canton de Lizy-sur-Ourcq l'an dernier et se lance dans sa première campagne comme Béatrice Roullaud (1re, Melun). Mais ce déficit de notoriété n'effraie aucun des candidats. « Ce sont des élections nationales », répètent-ils. Autrement dit, ils se font les porte-parole de Marine Le Pen. « Notre score sera celui de Marine Le Pen », annoncent les candidats.

Quelques parachutés. Béatrice Roullaud est avocate au barreau de Meaux, mais elle fera campagne à Melun. « La place était prise à Meaux », s'amuse Marie-Christine Arnautu, qui se partage entre Meaux et Paris. Virginie Recher (3e, Montereau) habite, elle, à Champigny- sur-Marne (Val-de-Marne) mais « adore Mormant ». Les deux candidates du Siel, Francine Hantzberg (10e, Chelles) et Anne Jacqmin (11e, Sénart), viennent de Paris et de Versailles (Yvelines). « Mais Jean-François Copé non plus ne connaissait rien à ce département quand il est arrivé en 1995, peste Pascal Aberlen. Nous n'avons eu aucun mal à trouver des candidats et ils feront tous campagne. » Ils ont d'ailleurs cette fois tous des affiches à leur effigie.

Droits de reproduction et de diffusion réservés - Copyright Le Parisien 2012.

Source : Le Parisien.

Lu 4231 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL