Imprimer cette page
lundi, 04 février 2013 19:30

"Pourquoi j'ai adhéré au SIEL..."

Écrit par 

par Jonathan G. FRICKERT
Membre du SIEL en Alsace

adhesion-sielS'il y a une question qu'on me pose très souvent en tant que membre du SIEL c'est bien la raison de mon engagement militant au sein de ce petit parti politique qu'est « Souveraineté, Indépendance Et Libertés ».

Oui. Pourquoi avoir adhéré à un parti politique qui vient tout juste de naître, moi qui suis passionné de politique depuis l'âge de 12 ans ? Pourquoi ne pas avoir tout simplement, comme tant d'autres jeunes de mon âge, adhéré à l'UMP, au PS, au Front National, ou à tout autre parti déjà ancré dans le paysage électoral et politique français ? Et bien, si j'ai adhéré à ce parti, où tout est à faire, tout est à construire, c'est pour plusieurs raisons ...

Tout d'abord, je me suis toujours senti proche d'un certain anarchisme de droite. Dès mon adolescence, j'ai ressenti une aversion pour le conformisme ambiant, pour le politiquement correct. C'est une fibre libertaire que j'assume complètement et que je retrouve de la même manière au SIEL.

De plus, je me suis vite lassé des vieilles lunes de l'UMP. Je n'en peux plus de cette droite, depuis 30 ans, coupée en deux. De cette UMP qui ne représente plus les authentiques valeurs qu'a longtemps incarné le parti gaulliste. De cette vieille connivence entre l'UMP et le PS. Je n'en peux plus de cette UMP qui se prétend de droite, mais ne l'est « réellement » qu'en période électorale.

Ensuite, je pense que s'allier avec le Front National n'est pas une chose honteuse. J'ai toujours pensé que le rassemblement se ferait, certes, à l'extérieur du Front National mais avec lui.

Un gouvernement de salut public qui se dit patriote se doit d'inclure le FN en son sein. Dans cette optique, je pense, comme Paul-Marie Coûteaux, qu'il faut en finir avec cette diabolisation ridicule, ce cordon sanitaire qui n'a plus lieu d'être.

Je crois d'ailleurs à la réconciliation des patriotes au nom d'un véritable consensus qui nous rassemble : la France, rien que la France et tout pour la France.

La quatrième raison est que je crois encore, peut-être naïvement, en l'idée très gaullienne de rassemblement du peuple français. Je pense, en effet, que la reconquête de l'indépendance de la France et de la souveraineté de son peuple ne se fera pas sans un large rassemblement national. Aucun parti, aucune faction, aucun lobby, aucun syndicat ne peuvent mener cette bataille seule. Je me sens, pour cela, héritier du rassemblement amorcé en 1999 par Charles Pasqua concrétisé lors du référendum du 29 mai 2005 relatif au Traité Constitutionnel Européen.

Enfin, j'ai toujours été un démocrate convaincu, ce qui n'a fait que m'amener naturellement vers le souverainisme. En effet, voyant la désaffection électorale de ces dernières années, j'estime qu'il est temps, plus que jamais, de redonner ses lettres de noblesse à la démocratie en lui rendant un territoire, un peuple et des institutions qui soient capables de lui donner corps, car le préalable à toute politique est et a toujours été la souveraineté et la légitimité de l’État.

Voilà pourquoi j'ai adhéré au SIEL. Voilà pourquoi j'ai la conviction profonde qu'il faut avancer dans cette direction.

Lu 3091 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL