Imprimer cette page
mardi, 07 mai 2013 16:15

Peuples européens, esclaves des marchands de Bruxelles

Écrit par 

par Dominique Jamet
Boulevard Voltaire 4 mai 2013

drapeau-europeLe gouvernement français demandait à la Commission européenne de retarder d'un an la date butoir à laquelle notre déficit budgétaire devait, conformément à nos engagements, passer sous la barre fatidique des 3 %. La Commission, bonne fille, nous a accordé un délai de deux ans. Et nous voilà aussi heureux qu'un jeune couple en difficulté à qui son conseiller bancaire annonce qu'il va adoucir son échéancier, qu'un détenu qui bénéficie d'une liberté conditionnelle, qu'un cancre qui s'attendait à être exclu du lycée et n'écope que d'un avertissement. Décidément, ils sont trop choux à Bruxelles...

Bonne nouvelle, donc ? Une bonne nouvelle peut en cacher trois mauvaises.

Premièrement, ce sursis inespéré signifie tout simplement que les experts européens récusent les prévisions « optimistes » maintenues coûte que coûte par Bercy et ne croient pas un instant que la France évitera la récession, encore moins qu'elle sera capable d'inverser la courbe du chômage et de renouer avec la croissance avant la fin de 2014.

Deuxièmement, notre dette publique et donc le poids écrasant du service de la dette vont encore s'accroître dans les deux ans à venir.

Troisièmement, la Commission subordonne son indulgence à l'exigence de nouvelles « réformes structurelles », en clair à la continuation et à l'aggravation de la politique de rigueur qui nous a déjà fait tant de mal.

Aussi bien faut-il y regarder à deux fois avant de lécher la main de nos maîtres. Les technocrates qui nous gouvernent ont bien retenu la leçon des capitaines négriers d'autrefois. Leur intérêt n'était évidemment pas que les esclaves meurent en route ou même arrivent en trop mauvais état sur le marché. Et c'est pourquoi ils veillaient de temps à autre à desserrer les fers et les carcans de leur cargaison humaine et à leur servir un bol de soupe. Les peuples européens ne sont rien d'autre que le « bois d'ébène » des marchands de Bruxelles.

Lu 2606 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL