Imprimer cette page
vendredi, 31 mai 2013 20:18

Le nouveau totalitarisme

Écrit par 

par Laure FOURE
Adhérente au SIEL

manipulationDans un entretien accordé à l'hebdomadaire "Les 4 vérités", le journaliste et écrivain Michel De Jaeghere rappelle que le totalitarisme se définit par la prétention de l'État à tout régenter, qu'il s'agisse de la vie économique, sociale, culturelle et même spirituelle des citoyens, comme de la vie politique. C'est ce qui le différencie de la simple dictature, laquelle tend à imposer la suprématie de l'État dans son propre domaine, celui des fonctions régaliennes, police, justice, diplomatie et défense nationale, mais qui ne cherche pas à contrôler les consciences et à assujettir l'ensemble de la société civile.

Contrairement aux régimes totalitaires apparus au XXème siècle, tels le communisme et le national-socialisme, ce nouveau totalitarisme n'exerce pas de violence brutale ni de répression policière musclée à l'égard de ses opposants, se montrant même incapable de faire régner l'ordre sur son propre territoire, en particulier dans les zones dites de non-droit qui s'étendent en toute impunité, dès lors que l'État abandonne sa souveraineté à l'intérieur de ses frontières comme sur la scène internationale.

Libéré de toute référence supérieure et objective inspirée par la loi naturelle, qu'elle émane d'une volonté présumée de Dieu ou de la sagesse et de la raison des hommes, le totalitarisme démocratique du XXIème siècle entend définir les notions de bien et de mal par le seul droit positif, expression de la "volonté générale" issue de l'élection. Ainsi, la légitimité de la loi adoptée par la majorité sortie des urnes se fonde exclusivement sur un rapport de force politique au moment où celle-ci est votée, sans aucune référence à l'ordre naturel ou au bien commun.

Face à un pouvoir donnant force de loi à des transgressions remettant en cause aujourd'hui l'altérité naturelle des sexes avec le mariage homosexuel et la loi du genre, demain le caractère sacré de la vie humaine en légalisant l'euthanasie après avoir institué un "droit" à l'avortement, les participants à la "Manif pour tous" ont voulu alerter leurs compatriotes sur les dangers de cette dérive totalitaire et les inciter, par une réforme intellectuelle et morale, à se battre pour faire triompher "la Vérité qui seule nous rendra libres".

Lu 2772 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL