Imprimer cette page
vendredi, 28 juin 2013 03:22

A l’attention des résistants d’hier et indignés d’aujourd’hui

Écrit par 

par Olivier PERCEVAL

nicoDans le Figaro, Jean-Marc Leclerc, spécialiste des sujets policiers et judiciaires, attire notre attention sur les contradictions de plus en plus visibles du système judiciaire en France. A propos du jeune Nicolas condamné à de la prison ferme pour avoir refusé de donner ses empreintes digitales et un prélèvement ADN alors que d'autres y échappent allègrement.

Pourquoi ? Ils étaient de gauche, et syndiqués. « Quand je pense à tous les casseurs d'extrême gauche que nous avons remis dehors à l'issue de leur garde à vue, alors qu'ils refusaient de donner leur ADN ! », confie un préfet au journal.
Le journaliste rappelle qu'à Roanne, en mai dernier, trois militants CGT condamnés pour « dégradation en réunion » avaient refusé le prélèvement ADN. Verdict ? Convocation en novembre prochain devant le tribunal correctionnel de la ville... On est bien loin de l'incarcération immédiate imposée au jeune Nicolas.

« Le 18 avril dernier, à Tours, le président d'un club de promotion du cannabis en voie de dissolution a ainsi été condamné à du simple sursis pour refus de prélèvement de son patrimoine génétique », précise Jean-Marc Leclerc. Enfin, en 2009, les CGTistes coupables de voies de faits, courent toujours en liberté, malgré leur refus du fichage ADN.
Pour Nicolas, c'est curieusement un autre traitement qui a été concocté par nos « Fouquier- Tinville au petit pied. « Si seulement il avait été syndicaliste ! », conclut le journaliste. Comme pour les casseurs du Trocadéro, non seulement on peut constater que notre police est une police politique, mais encore pour compléter le tableau totalitaire, notre justice de gauche dont le syndicat de la magistrature ne cesse de proclamer l'indépendance, est en réalité totalement inféodée au pouvoir idéologique.
Pour mémoire le pôle juridique de la Manif pour tous précise que, 1000 arrestations et 600 gardes-à-vue parmi lesquelles nombreuses étaient celles qui dépassaient 24h, ont été enregistrées en quelques mois...Non seulement on est dans l'Idéologie sectaire et dominante, mais on est aussi dans une posture mesquine. Il ne fait pas bon être albatros au royaume des crabes si on ne garde pas suffisamment d'altitude.

Il ne s'agit pas ici, une fois de plus de se positionner dans le débat national escamoté autoritairement par le gouvernement, mais de se rappeler comment en 1940 quelques français amoureux de la liberté et de leur pays ont su prendre des décisions courageuses, alors que le pouvoir de l'époque leur enjoignait de rester sagement chez eux.
La répression sauvage qui s'abat sur notre jeunesse de France manifestant avec le drapeau de la patrie en tête, semble particulièrement démesurée, tandis qu'il y a peu, les casseurs de la manif « Anti fa » du 26 juin à Paris semaient sur leur passage : bris de vitrines, chaos, haine et violence...Vous avez dit deux poids deux mesures ?
Ce n'est pas ceux, qui étaient la jeunesse du pays, ardente et audacieuse, qui ont refusé de se soumettre à un pouvoir abusif en 1940, ceux qui se sont engagés avec la France libre étant aussitôt condamnés à mort par contumace pour haute trahison, qui accepteront les agissements de ce gouvernement vacillant et sectaire contre notre jeunesse d'aujourd'hui. Ce n'est certes pas eux, qui ont montré l'exemple, qui iraient frileusement se cacher derrière les convenances pour laisser maltraiter une jeunesse qui de toute évidence aime sa patrie.
Nous vivons en effet un temps étonnant, où l'on voit des milliers de jeunes entonner la Marseillaise (qui n'est pas mon hymne préféré) et se faire charger par les CRS.
J'en appelle aux anciens combattants, aux anciens volontaires, aux anciens résistants à ceux qui ont toujours placé la liberté de leur patrie au dessus de leur propre vie. Ces anciens qui sont une apostrophe permanente à nos contemporains.
J'attends aussi de voir s'élever les voix des émules de Stéphane Hessel, de BHL, des associations de défense des droits de l'homme. Où sont-ils les démocrates attachés aux libertés fondamentales ? Ces bonnes consciences tarifées seraient elles influencées par les enjeux idéologiques ? Cela voudrait il dire que les droits humains ne s'appliquent qu'à ceux qui ont l'heur de « bien penser » ?

Vous ne seriez en réalité que des donneurs de leçons sectaires à la solde d'une idéologie ?

Allons messieurs les amateurs de « phrases historiques », qu'attendez-vous pour vous indigner ?

Lu 2710 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL