Imprimer cette page
lundi, 21 octobre 2013 22:41

Hommage à Philippe Cohen

Écrit par 

par Paul-Marie COUTEAUX
Président fondateur de Souveraineté Indépendance et Libertés (SIEL),
adminstrateur du rassemblement Bleu Marine (RBM)

philippe-cohenLa mort de Philippe Cohen est cruelle pour la liberté de la pensée, pour la pensée française, et pour la France elle-même. Dépassant très vite la science ou plutôt la spéculation économique qu'il maîtrisait pourtant parfaitement, il s'engagea dans le domaine politique par plusieurs grands livres (dont il faut au moins citer « Protéger ou disparaître : les élites face à la montée des insécurités »), prenant rapidement une place centrale dans notre vie intellectuelle, place qui le conduisit à créer avec Elisabeth Lévy la Fondation Marc Bloch. Bien seul en cela il réussit à rassembler, au cours des dernières années 90, une pléiade inégalée de personnalités venues d'horizons divers, de la gauche au séguinisme et même au gaullisme le plus radical, mais toutes vouées à combattre à ses côtés les dogmes les plus assis ou rassis de la pensée dominante. Pour l'intelligence critique, cette initiative fut un tournant majeur.

L'une des armes de cet homme qui en comptait tant fut un indomptable courage, lequel fut de bout en bout époustouflant, notamment quant il osa s'attaquer par deux ouvrages très documentés, et par là décisifs, au quotidien Le Monde, puis à l'idéologue et affairiste Bernard Henry-Lévy, montrant d'irrécusable façon avec quel fanatisme fut cadenassée la vie intellectuelle de notre pays -courage qui lui ferma hélas, les portes des grands médias, sans doute effrayés par une liberté si profondément authentique.

Fondateur avec Jean François Kahn de l'hebdomadaire Marianne, il contribua aussi à rafraîchir en profondeur la presse française, jusqu'à ce que, après le départ de celui-ci, la liberté de ton de ce qui fut un peu son journal, et auquel il vouait ses jours sans compter, disparut de numéro en numéro, ce qu'il n'accepta pas, jusqu'à s'en faire exclure. Souriant, ouvert, toujours prêt à l'humour, il était aussi un homme sensible, au point que cette séparation le bouleversa plus qu'on ne l'aurait cru : en somme, la scandaleuse injustice qui étouffe la liberté d'expression en notre pays aura finalement eu raison de ses forces.

Son dernier ouvrage fut une biographie de Jean-Marie Le Pen, ouvrage remarqué et remarquable par son souci d'objectivité : cette ultime liberté lui coûta cher et beaucoup y voient l'une des causes de son malheur. Cette mort qui touche aujourd'hui tant de coeurs, interpelle tant d'intelligences, et accable tant d'amis prouve ainsi combien, de nos jours, en France, la liberté de pensée coûte cher.

A sa femme, l'éditrice Sandrine Palussière, à ses nombreux enfants, à ses innombrables amis, à tous ceux qui ont le courage de prendre au sérieux la liberté de l'esprit dans notre pays, que ce grand patriote aurait voulu exemplaire sur ce point au moins, le SIEL adresse ses condoléances bouleversées, témoignant, trop tard peut-être, de ce qu'il doit à cet homme exactement inoubliable.

Lu 2847 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL