Imprimer cette page
mardi, 12 novembre 2013 12:44

Désillusions aux chantiers navals de Cherbourg

Écrit par 

par Karim OUCHIKH
Président exécutif du SIEL (Souveraineté, Indépendance Et Libertés)
Administrateur du Rassemblement Bleu Marine

cherbourgLe 30 septembre dernier, accompagné de quatre ministres dont Arnaud Montebourg et Bernard Cazeneuve, François Hollande avait annoncé à Cherbourg la commande par le Mozambique de 30 navires (24 chalutiers ; 6 patrouilleurs et intercepteurs) auprès des Constructions mécaniques de Normandie de Cherbourg, pour une valeur globale de 200 millions d'euros. Représentant un carnet de commandes de deux ans, ce contrat tombait à pic pour les CMN qui, quelques mois plus tôt, avaient pris des mesures de chômage partiel pour 80 de ses 350 salariés.

L'annonce triomphale cède à présent la place à l'amertume et à la désillusion. Sur les trente navires prévus, les CMN vont construire huit chalutiers à Cherbourg et y réaliser l'assemblage et l'intégration des six patrouilleurs et intercepteurs. Pour des raisons de rentabilité, les autres navires seront construits à bas coût en Roumanie. Pour ce même motif, le chantier vient de faire appel à la main d'œuvre étrangère « low cost » en provenance de Roumanie et de Lituanie : 13 travailleurs intérimaires sont arrivés sur le chantier fin octobre et 40 travailleurs « sous forfait » ont pris leurs fonctions cette semaine à Cherbourg...



Sur place, la consternation domine parmi les salariés français des CMN. Alors que les chaudronniers et soudeurs expérimentés à la recherche d'un travail ne manquent pas dans la région, la direction du chantier a fait le choix de faire appel à des ouvriers roumains et lituaniens pour honorer un contrat qui sera partiellement exécuté en France. En visite au salon du Made In France, qu'il a inauguré ce 9 novembre, Arnaud Montebourg s'est bien gardé d'aborder ce scandale économique et social alors que la ministre du Redressement productif ne pouvait évidemment ignorer le dessous des cartes....

Solidaires des personnels des chantiers navals de Cherbourg, le SIEL et  le Rassemblement Bleu Marine dénoncent avec force le cadre réglementaire européen qui imposent aux entreprises françaises d'avoir recours, pour demeurer compétitifs, à la sous-traitance européenne et au détachement de salariés étrangers payés à des conditions de misère. Force est de constater, une fois de plus, avec l'application aveugle du principe de la concurrence libre et non faussée, inscrit dans le marbre idéologique des traités européens, que la logique de fonctionnement de l'Union européenne condamne inexorablement notre pays à la délocalisation de ses entreprises, au dumping social et au nivellement de ses standards de vie. Seule une révision radicale des engagements européens de la France offrira à notre pays, grâce à un Etat stratège et à un protectionnisme raisonné, l'assurance d'un redressement économique et social rapide.

Lu 2675 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL