Imprimer cette page
mercredi, 27 novembre 2013 17:48

Une conférence chez les européistes

Écrit par 

par Louise BUCHMANN
Déléguée SIEL ALSACE

drapeau-europeTout de suite après les élections municipales (en France), nous aurons l'occasion d'élire de nouveaux députés européens. En 2009, le taux d'abstention a battu tous ses records. En effet, près de trois européens sur cinq ne se sont pas déplacés pour choisir un député européen. Ce constat mis en relation avec les sondages actuels plaçant en tête ceux que l'on qualifie d'eurosceptiques, suscite des inquiétudes chez les euro-béats.

A Strasbourg, petit ilot où grouillent fonctionnaires européens, professeurs et libéraux « europtimistes », si l'on est bien informé ou introduit, les occasions ne manquent pas d'aller se montrer près des buffets subventionnés, lors de « rencontres » dans les endroits chics. Faisons justement un zoom sur une conférence à laquelle j'assistai la semaine dernière. Invitée par une association pro-européenne Sandrine Bélier, eurodéputée « verte » et tête de liste Grand Est en 2014, est venue s'exprimer devant un public composé d'étudiants en sciences politiques, sur le thème du sens de la citoyenneté européenne.


La séance a été introduite, comme il fallait s'y attendre, par le refrain « l'Europe c'est la paix et la garantie de peser dans le monde ».
L'eurodéputée a débuté son intervention sur un questionnement philosophique a priori de niveau correct, constatant l'inexistence du sentiment de citoyenneté européenne et observant qu'il n'y a aucun mouvement social ni contestataire à l'échelle européenne. Elle admit même qu'il n'y a pas vraiment d'opposition ni de confrontation idéologique réelles au sein du Parlement Européen – le principe de base y régnant étant le compromis. Et de déplorer enfin chez les politiciens en général, français en particulier, l'ignorance totale de notion d'intérêt collectif, désintérêt caractérisé d'ailleurs par l'absentéisme phénoménal au PE.
Jusqu'ici, on veut bien suivre.
Là où ça se gâte – pas de surprise ! – c'est sur les solutions proposées. Affirmant solennellement et comme si c'était rassurant, son euro-fédéralisme, Mme Bélier envisage d'orienter l'UE vers une république européenne! Sans prononcer le mot, c'est bien d'Etats-Unis d'Europe qu'il s'agit (ce concept existait déjà dans les années 90). Voilà encore un bel exemple de suprématisme bien franchouille (on ricane, parce que la République est vraiment un concept qui par essence ne sera jamais partagé par les autres pays européens – ne serait-ce qu'en sachant ce que cela veut dire en Allemagne). Suprématisme paradoxal et contradictoire, à tout le moins, puisqu'il place en corollaire le fait d'admettre que la France serait trop faible, ce qui revient à dénigrer et ses forces vives, et son Histoire. Une fois encore les eurobéats français sont incapables de camoufler leur chauvinisme primaire.
Rapide résumé des idioties entendues : l'Europe peut se faire sur le modèle états-unien ou indien ; un texan est texan avant d'être américain (ma voisine américaine en a bondi de son siège !).. mein Gott, quelle inculture... On appréciera la comparaison avec l'Inde : que vivent les castes et les bidonvilles accolés aux palaces, oui, au fond, c'est bien cela le rêve européiste...

La bonne surprise de cette soirée fut la réaction du jeune public, clôturant par un vigoureux et déstabilisant « vous faites l'Europe sans les peuples, voilà le problème ! Voilà pourquoi ils ne se déplacent pas pour aller voter. ».
NB : Ceci rejoint l'intervention de F. Philippot en Alsace le lendemain à une réunion, sur le fait que l'abstention arrange bien le Système...

On ressort d'une telle séance avec encore beaucoup de questionnements et une certitude : nous sommes dans le juste. Néanmoins, il faut travailler à communiquer sur notre connaissance et notre amour véritable de ce qu'est l'Europe. Ce vieux continent toujours jeune par son excellence en tous domaines, sa créativité et son inventivité sans cesse renouvelées, ses civilisations et anciens empires – la beauté des différences entre ses peuples et leur amitié réciproque.

Aucun mot de Mme Bélier sur le projet de marché transatlantique. Pourtant, c'est la pire menace qui plane au-dessus de nous tous. Il achèvera la destruction politique de la France et des autres pays d'Europe. Même si l'on peut considérer, à bien des égards, que ce projet détruira aussi l'idéal des européistes sincèrement convaincus (comme Mme Bélier), avant qu'ils ne comprennent ce qui se passe (c'est cela, être un idiot utile !), parce qu'il annulera de fait leur sempiternel argument de contre-puissance des USA. Il faut le combattre de toutes nos forces en envoyant un maximum d'eurodéputés patriotes au PE l'an prochain, qui travailleront ardemment à stopper ce grand séisme à venir.

Lu 2529 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL