Imprimer cette page
vendredi, 10 janvier 2014 12:00

Lettre ouverte au député maire socialiste Jean-Pierre Blazy, fossoyeur des libertés publiques à Gonesse

Écrit par 

Communiqué de presse de Karim Ouchikh
Président exécutif du SIEL - Administrateur du RBM

karim-ouchikhDeux jeunes Gonessiens sont aujourd'hui persécutés pour leurs opinions politiques : Julien Vermignon et Mohamed Boudia, tous deux à peine âgés de 15 ans.

L'un comme l'autre sont particulièrement actifs dans la vie publique de Gonesse.

L'un comme l'autre font partie depuis longtemps du Conseil Municipal des Jeunes, instance consultative municipale au sein de laquelle ils n'ont jamais démérité.

L'un comme l'autre, avec l'assentiment de leurs parents, ne dissimulent guère leurs sympathies pour Marine Le Pen ni leurs engagements militants au sein du Front national.



L'un comme l'autre prennent toutefois le soin de ne jamais faire étalage de leurs convictions politiques dans l'exercice public de leurs mandats citoyens.

L'un comme l'autre sont victimes ces dernières semaines de pressions intolérables exercées à maintes reprises par l'équipe municipale en place.

L'un comme l'autre se voient sommés ouvertement, plus ou moins subtilement, soit de renoncer à exprimer dans l'espace public leurs opinions politiques, soit de démissionner de leurs mandats pourtant accomplis loyalement au sein du Conseil Municipal des Jeunes.

L'un comme l'autre ne peuvent plus supporter à présent le poids psychologique de manœuvres méprisables qui sont manifestement constitutives d'abus de pouvoir.

L'un comme l'autre n'entendent pour autant nullement renoncer à l'expression sincère de leurs opinions politiques au prétexte que celles-ci seraient de nature, à l'approche des élections municipales, à gêner politiquement une municipalité socialiste visiblement en proie aux inquiétudes les plus vives.

C'est pourquoi, en ma qualité de tête de liste de rassemblement Gonesse Bleu Marine, incarnant dans ma ville les forces de rassemblement marinistes, je dénonce avec force cette sordide chasse aux sorcières dans laquelle Jean Pierre Blazy est personnellement impliqué.

Rappellerais-je au premier magistrat de la ville que la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 protège la liberté de conscience des individus ?

Qu'ainsi nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi (article X).

Que la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi (article XI).

Contrairement à l'insidieuse propagande que Jean Pierre Blazy ne cesse de distiller au fil de ses laborieuses interventions publiques, je rappellerai aussi au responsable socialiste qui dirige Gonesse d'une main de fer depuis près de vingt ans que le Front national est une formation politique républicaine qui concourt depuis toujours à la libre expression du suffrage démocratique.

Représentant désormais plus du quart du corps électoral français, rencontrant un écho politique grandissant auprès de nos compatriotes, le Front national est un parti respectable dont les activités ne sont en rien prohibées : ses adhérents et sympathisants ne sauraient donc être tourmentés pour leurs opinions politiques ni inquiétés pour leurs engagements militants, pas plus que ne sauraient l'être ceux qui, séduits par la personne et le discours authentique de Marine Le Pen, se rallient en masse au Rassemblement Bleu Marine.

Ayant été personnellement victime, par deux fois au moins, des agissements liberticides récents de la municipalité en place, - d'abord à l'occasion du refus initial d'accorder l'année passée à une association culturelle que je préside sa subvention de fonctionnement annuelle en raison de la nature de mes opinions politiques, ensuite par son refus de permettre à la liste que je conduis de déposer officiellement une gerbe au pied du Monuments aux morts, lors de la cérémonie du 11 novembre dernier -, je mets en garde solennellement le député maire socialiste contre les dangers d'une politique attentatoire aux libertés publiques, qui vise délibérément à enchainer la conscience des Gonessiens et à verrouiller le libre exercice de leur parole.

En considération des valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité qui ont façonné les traits séculaires de notre République, j'exige publiquement de Jean-Pierre Blazy qu'il renonce définitivement à exercer quelque pression que ce soit au préjudice de Mohamed et de Julien.

Concourant comme lui aux suffrages des Gonessiens, en mars prochain, je l'invite enfin à faire preuve, dans la conduite générale des affaires de la ville, d'esprit de modération, de sagesse et de tolérance à l'égard des opinions politiques qui ne sont pas les siennes, en se gardant à l'avenir de manifester, en toutes circonstances, son aptitude naturelle au sectarisme idéologique.

 

Lu 2529 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL