Imprimer cette page
vendredi, 14 février 2014 21:08

L'austerité tue même le monde de la culture

Écrit par 

Communiqué de Karim OUCHIK, Président exécutif du SIEL, administrateur du RBM.

Ce lundi 10 février, répondant à l'appel d'organisations du monde du spectacle, des centaines de professionnels étaient dans la rue, à Paris comme un peu partout en France. Comédiens, techniciens, directeurs de salle, programmeurs, tous entendaient protester contre l'érosion continue des budgets de la culture depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir. Avec un gel de 7 % des crédits cette année, contre 6 % en 2013, l'engagement du candidat de François Hollande de «sanctuariser le budget de la culture » a été très vite jeté aux oubliettes des promesses électorales.

La grogne gagne aussi les bénévoles du spectacle. Un projet de loi sur le statut des bénévoles, conjointement préparé par les ministères du Travail et de la Culture, imposerait en effet l'obligation de rémunérer les amateurs qui se produisent dans les spectacles vivants. En alourdissant le coût de ces productions, un tel projet serait de nature à ruiner économiquement les spectacles populaires en France. En ligne de mire d'Aurélie Filippetti et de Michel Sapin: les grands spectacles lucratifs, comme celui organisé par le célèbre parc vendéen du Puy-du-Fou...

Ces mouvements sociaux traduisent d'abord l'échec complet de la politique d'austérité budgétaire pratiquée par le gouvernement Hollande, conformément aux oukases de Bruxelles. Loin de permettre la maîtrise des déficits publics, cette politique malthusienne étrangle l'activité économique de la France et entraîne une baisse inexorable de nos recettes fiscales : pour tenter de limiter l'aggravation du déficit des comptes de l'Etat, le gouvernement Hollande se voit contraint dès lors de sabrer dans la bonne dépense publique, en taillant notamment dans le budget de la Culture. D'un même élan, les socialistes au pouvoir n'hésitent pas aussi à réguler autoritairement les pratiques artistiques amateurs pour flatter, avec les intermittents du spectacle, une catégorie professionnelle qu'ils entendent conserver sous leur coupe idéologique.

Pour rétablir la confiance et relancer l'activité dans le secteur de la Culture, comme partout ailleurs, une seule issue s'impose : promouvoir, avec le FN et le RBM, une véritable politique de relance pour permettre, par l'accroissement de nos rentrées fiscales, l'assainissement rapide de nos comptes publics. Ce volontariste salvateur suppose à la fois de se détourner des égoïsmes catégoriels et des arrière-pensées électorales pour privilégier le seul Bien commun, mais aussi de mettre en place un protectionnisme intelligent qui donnera enfin corps à une authentique politique de patriotisme économique.

 

Lu 2550 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL