Imprimer cette page
dimanche, 27 juillet 2014 14:38

Ce dimanche à Bouvines

Écrit par 

par Karim Ouchikh
Président exécutif du SIEL
Administrateur national du Rassemblement Bleu Marine
Conseiller de Marine Le Pen à la Culture et à la Francophonie
Conseiller municipal de Gonesse


bouvinesIl y a huit siècles, le dimanche 27 juillet 1214, le roi Philippe Auguste écrase à Bouvines, près de Lille, les armées coalisées de l’empereur allemand Otton IV et ses alliés français, le comte Renaud de Boulogne, le duc Henri de Brabant et le comte Ferrand de Flandre, quelques semaines tout juste après que son fils Louis, le futur Louis VIII, eut défait au château de la Roche-aux-Moines, près d’Angers, l’armée anglaise conduite par le roi d’Angleterre, Jean sans Terre.

Avec cette victoire sans appel, Philippe Auguste brise une coalition internationale soudée par une commune détestation du roi de France, consolide la cohésion d’un royaume qui se bâtit autour de la personne sacrée du souverain et confirme la montée en puissance d’une monarchie capétienne dont la légitimité politique fut reconnue alors aussi bien par les milices communales que par les forces de la chevalerie. Dans notre mémoire collective, la bataille de Bouvines occupe une place toute particulière : acte de naissance de la Nation française, cette victoire militaire manifeste l’unité politique d’un royaume dont le territoire ne cessa de s’agrandir et de se renforcer, au fil des siècles, sous l’action éclairée de la monarchie capétienne.


En ce début XXIème siècle, la France tourne paradoxalement le dos à ce processus historique fécond qui a conduit notre pays, de l’Ancien régime à la République, à achever son unité territoriale et à perfectionner les instruments de sa souveraineté autour d’un Etat fort et respecté, en embrassant désormais une aventure européenne régressive dans laquelle la Nation française ne peut qu’y perdre son âme. Pour tous les patriotes qui oeuvrent aujourd’hui avec détermination contre les partisans coalisés de l’après-France, à Bruxelles comme à l’intérieur de nos frontières, Bouvines doit rester une boussole politique essentielle.

Lu 1841 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL