Imprimer cette page
samedi, 14 mars 2015 00:00

Rue du Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc à Béziers : Honneur à Robert Ménard !

Écrit par 

par Alexandre Delport
Secrétaire général du SIEL

denoix-de-saint-marcLes bien pensants s’en offusquent déjà. Et oui, il a osé ! Oser quoi : honorer un officier français, déporté de Buchenwald et grand-croix de la Légion d’honneur ! 

Mais il est vrai que le politiquement correct le présente plutôt comme une bête féroce : officier de Légion et putschiste en avril 1961 en Algérie, c’en est trop pour ces juges des clichés !

Ils ne diront pas qu’il incarnait cette trempe d’officiers français prêts à tout pour reprendre le combat face à l’occupant allemand. Ils ne diront pas qu’il avait fait le serment de ne plus laisser le pouvoir politique abandonner de pauvres gens engagés sous le drapeau tricolore aux représailles d’ennemis de la France ! Meurtri de voir ces indochinois supplier d’être embarqués pour la mère patrie quand en 1954, au lendemain des accords de Genève. Uniquement munis de leurs icônes catholiques ou de leurs traditions séculaires pour les rustiques Hmongs des hauts plateaux ; ils fuyaient menacés par les communistes victorieux d’Hô Chi Minh.

Ils ne diront pas que son putsch n’était en rien une aventure fasciste mais le respect de la parole donnée. Cet engagement pris auprès des harkis de les entraîner dans le combat de la France en Algérie pour leur sécurité et leur développement. La France avait su le faire durant 130 ans alors il lui semblait cohérent que nombre d’officiers fassent le serment d’une présence continue de la France aux côtés de ces harkis qui, tel le bachaga Boualam dans l’Ouarsenis, démontraient leur loyauté et leur esprit chevaleresque.

Or, quand on est officier français et catholique, la parole donnée a un sens ! Et le commandant Denoix de Saint Marc le démontrera lorsque pendant ces jours tragiques d’avril 1961, il entraînera ses hommes du mythique 1er REP dans ce baroud d’honneur. Il est des défaites dans l’honneur qui valent mieux que des victoires dans la honte.

Alors merci au maire de Béziers d’honorer une certaine idée de l’Homme et de la France. Laissons aux oubliettes de l’histoire des dates comme celle du 19 mars qui est notamment synonyme de massacres de civils français à Oran ou d’abandon à des tortionnaires des valeureux harkis.

Lu 2906 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL