Imprimer cette page
mercredi, 08 avril 2015 00:00

Le "SIEL Essonne" en action‎

Écrit par 

A l’occasion du vote du budget 2015 de la commune de Longpont-sur-Orge (91), Patrick Gamache, élu municipal de la majorité, et responsable du SIEL en Essonne s’est vivement opposé à l’irresponsabilité de ses collègues et les a exhorté à changer de politique.

En effet, pour la première fois de son histoire, l’exercice budgétaire 2014 de la commune s’est soldé par un résultat cumulé négatif de 579 000 euros, malgré un emprunt de 2 million € qui n’aura visiblement pas suffit. C’est-à-dire que la commune démarre l’année 2015 en quelque sorte avec un découvert d’autant.

Rapporté aux recettes de la commune, ce déficit représente 7,6%, tout prêt du seuil de 10% où la commune est mise sous la tutelle du préfet et de la chambre régionale des comptes. Pour l’instant elle est en phase d’observation.

Une des causes se trouve dans la construction d’une école initiée par l’ancienne municipalité Front de Gauche qui n’avait visiblement pas prévu son financement !

Certes, mais un an a passé et les électeurs nous ont élu pour faire mieux.

Devant la gravité de la situation financière, un budget 2015 de rigueur s’imposait. Or il n’en est rien. Le budget voté prévoit entre autres :
- Des dépenses de fonctionnement en hausse de 2,3% alors qu’il conviendrait de les réduire drastiquement,
- Des embauches, au lieu de redéployer du personnel,
- Un nouvel emprunt, ce qui aura pour effet d’augmenter encore la dette qui atteint des sommets,
- En 2015, l’annuité de la dette (remboursement du capital et des intérêts) s’élève à 1,05 millions € sur un budget de 7 millions €,
- L’équilibre budgétaire est basé sur la vente de biens immobiliers, c’est-à-dire que si ce n’est pas réalisé, cela se transformera en emprunt supplémentaire…

Une fuite en avant qui ne peut conduire qu’à une hausse massive des impôts.

Mais ce n’est pas tout. Le plus affligeant est que les élus bénéficiant d’une délégation se sont augmentés leur cotisation retraite de 1000% (de 600 € à 6 000 €) !!

En effet, les élus détenant une délégation ont la possibilité de cotiser de façon facultative à un régime complémentaire ; dans ce cas la moitié est prise en charge par la collectivité.

S’octroyer un tel avantage est irresponsable et irrespectueux des électeurs au vu de la situation financière. Cela revient à se faire payer des cotisations retraite par le biais du déficit, et donc par l’emprunt remboursé par nos enfants et petits-enfants !

Visiblement la plupart des élus n’étaient pas au courant et pour cause, aucun n’avait lu et encore moins compris les documents budgétaires.

Il ne s’est trouvé qu’un seul élu pour le suivre, mais pour Patrick Gamache, « ce n’est pas un coup pour rien : beaucoup d’autres élus m’ont félicité pour mon courage après le conseil et ça commence à se savoir dans la population auprès de laquelle je reçois plein de messages de soutien ».

« J’ai mis mes collègues face à leur responsabilité » poursuit Patrick Gamache. « Je suis le seul à pouvoir redresser la commune. Le maire et mes collègues doivent désormais choisir entre sauver la commune où aller droit dans le mur ».

Par cette action, le SIEL qui démontre ainsi la capacité de ses élus à défendre les intérêts des électeurs.

Lu 2590 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL