Imprimer cette page
lundi, 13 juillet 2015 21:11

Exemple de l'engagement local des élus du SIEL : direction Brest

Écrit par 

Le téléphérique. 

Le SIEL Bretagne observe que le financement du téléphérique reposant préalablement sur les profits générés par l’écotaxe sont -dixit le PS brestois- sobrement remplacés par un financement de la région et du conseil général : il s’agit bien d’impôts nouveaux financés par les Brestois, les finistériens et d’une façon plus large par tous les Bretons.

Curieusement le chiffre de 19,1 M€ annoncé ne révèle pas le coût de maintenance et d’entretien annuels le poids des charges et surtout qui les supporteront. Aucun écho non plus sur la durée de vie du système et sa rentabilité.

En outre, le SIEL Bretagne dénonce le fait que la municipalité parie à la fois sur l’occupation démographique des Capucins, un quartier qui n’a pas d’existence aujourd’hui, et sur la vitalité de la consommation brestoise, population qui ne cesse de décroître au profit des communes périphériques. Encore eut-il fallu que la population brestoise soit consultée et mobilisée pour ce projet. Or l’enquête menée par le SIEL/RBM avant les municipales, a montré l’existence d’un doute voire le profond désaccord des Brestois sur la pertinence du projet. Déni de démocratie donc dans la fébrilité et la persévération dans un projet « vitrine des bobos du PS local ».

En prime, laissez-nous sourire sur une des conclusions du commissaire enquêteur arguant que le téléphérique aurait une influence sur le climat brestois, là le SIEL Bretagne n’en doute plus : Cuillandre et son équipe font la pluie et le beau temps sur Brest. Le peut-il aussi pour l’emploi ?

Lu 2359 fois
Alain Rousseau

Délégué régional SIEL Bretagne

Derniers textes de Alain Rousseau