Imprimer cette page
lundi, 30 mai 2016 15:29

Le SIEL, acteur majeur des journées de Béziers, point de convergence de la droite de conviction

Écrit par  Le Figaro

(...)

Karim Ouchikh, président du parti Souveraineté, Identité et Liberté (SIEL), est sorti enthousiaste de cette première soirée des «droites». Pour le conseiller régional Rassemblement Bleu Marine d'Ile-de-France, chargé de la famille, le Front national doit envisager des alliances. Il affirme vouloir «être utile» au FN et se place en situation d'influence vis-à-vis du Front en occupant le «créneau des valeurs». «Je ne cesse de dire à Marine Le Pen qu'il faut envoyer des signaux forts à ce bloc villiériste, cette droite souverainiste, conservatrice et éprise de liberté». La présidente du FN lui a-t-elle répondu? «Lors du séminaire à Etiolles, elle m'a souhaité bon courage. C'est une façon polie de botter en touche. Mais pour l'emporter en 2017, il lui faut une réserve de voix et cette réserve existe à droite, là où se trouve la marge de progression électorale. Après avoir fait le plein de voix à gauche, si l'on ne donne pas de signaux forts à cet électorat -il nous reste douze mois pour le faire- cela risque d'être compliqué» a-t-il insisté. Marine Le Pen avait reproché à Karim Ouchikh une interview accordée au journal d'extrême droite Minute.

(...)

Lire l'article en intégralité



(...)

Avant d'énumérer les différents points, le maire a dénoncé la «déconnexion» des «têtes d'affiches» politiques qui avaient choisi de bouder ses rencontres. «Une erreur», a-t-il considéré, tout en remerciant ceux qui étaient présents, tels Jean-Frédéric Poisson (PCD) ou Karim Ouchikh (SIEL). Robert Ménard a également remercié Marion Maréchal Le Pen, la députée FN du Vaucluse, qui avait quitté le congrès plus tôt que prévu parce qu'elle ne s'était pas sentie à l'aise face à certains propos du maire. Dimanche, alors que la salle a ovationné le nom de Marion Maréchal Le Pen, le maire proche du FN à ajouté: «C'est de cette classe politique là que la France a besoin». Comme une manière d'apaiser une polémique naissante sur les réseaux sociaux entre le clan Ménard et le clan Phillipot, vice-président du FN, lequel s'était emparé des tensions pour qualifier le Rendez-vous de Béziers de «flop».

(...)

Lire l'article en intégralité

Informations supplémentaires

Lu 1783 fois