Imprimer cette page
mardi, 28 août 2018 23:38

Mon opinion sur le salaire universel

Écrit par  Catherine Dorten - Déléguée départementale SIEL Alpes-Maritimes

Je vois le salaire universel attaqué par de nombreux internautes, je vais me faire une fois de plus l’avocat du diable, tout d abord ce ne sera jamais pour moi un salaire universel tel que l’a conçu Monsieur Hamon mal ficelé ce projet prenait l’allure d’un super RSA. On commençait évidemment par les classes déjà largement assistées pour l’étendre éventuellement ensuite aux autres catégories de français. Bien sûr sans aucune garantie l’argent manquant sur d’autres postes en plus monsieur Hamon qui par son physique nous rappelait déjà son prédécesseur hollande et son allure de perdant n’engageait pas à lui faire confiance sur une telle réforme qui doit garder son universalité pour garder son originalité et ne peut se faire par étape. D’abord d’un point de vue visionnaire, cela a le mérite d’engager une réflexion à long terme sur le mode de vie des français et la manière dont on devra appréhender le travail et son revenu dans le futur. Je suis moi même une fervente partisane du travail et surtout moralement du bénéfice qu'engendre cet effort d’abord d’exemplarité pour ses enfants de satisfaction personnel d’un certain accomplissement et surtout de s’insérer dans la société et se sentir concerné par elle , en tant que membre actif, ne pas avoir le sentiment (encore que certaine sont pas gênés par cela) de vivre au crochet d’une société à bout de souffle coincée entre son désir de progrès en matière de qualité de vie pour ses citoyens et les phénomènes de non compétitivité qu’ont entraîné l’Union européenne élargit trop rapidement à des pays n’ayant ni été préparés aux défis de l’union , ni au même niveau de développement parfois n’ayant aucun système économico- industriel Développé mais là encore l histoire dira dans Le future la part d’inconscience plus ou moins criminelle de certains créateurs de cette Europe qui a grandi trop vite et la volonté délibérée d’en faire une entité ingouvernable qui échappe forcément par sa complexité aux instances nationales . Pour faire une aparté on trouve la même inconscience dans le renversement de régime dictatoriaux sans en évaluer les risques, par des personnes qui croient ou veulent s octroyer le droit du devenir les maîtres sociétales et économiques du monde. Sachant que s « visionnaires » ne tiennent aucun compte des spécificités culturelles des nations dans leur marche forcée vers une universalité sans saveur mais plus facile à diriger aux profits d’un petit nombre de lobbys déjà bien implantés.
Le mérite du revenu universel pose la question de la disparition inévitable de certains métiers en raison de la robotisation et à l’informatique Air France étant un exemple flagrant face à la concurrence féroce qui fait rage dans l’aérien et les règles qui ne sont pas les mêmes pour tous ses acteurs (intervention des états, coût des charges sociales, coût du carburant) intérêt de nos avionneurs à fermer les yeux sur certaines pratiques pour vendre leurs avions. Dans un soucis de rentabilité on ferme des postes quitte à déshumaniser le service rendu au voyageur il en va de même pour bien d’autre secteur de notre société, seule pour le moment la sécurité des clients et usagers n’est pas encore remise en cause bien que par des manières détournées : diminution drastique du personnel tentation de privilégier le développement commercial dans certain secteur au remplacement du matériel. Ces personnes appartenant en grande partie au secteur tertiaire que deviennent elles ? Les préretraites. Les mi temps ne sont que des atermoiements car à la fin de leur vie le coût de revient pour la société sera énorme et le minimum vieillesse tend à se rapprocher dangereusement des petites retraites comme les fruit s de l’assistanat du salaire minimum.
Le salaire universel compensera le manque à gagner de ceux qui seront conduits parfois contraints et forces à des mi temps bien sûr il ne viendra pas s ´ajouter aux allocataires d’aides en tout genre. Le smicard ne sera plus tenter de rejoindre son voisin qui touche à peu de chose prêt le même revenu sans rien faire. Des petits entrepreneurs n’hésiteront plus à se lancer sachant que le gite et le couvert leur seront assurés et ils n’hésiteront plus à prendre des risques , certaines femmes passeront à mi temps , s’occuperont de l’éducation de leurs enfants si tél est leur choix pendant un certain temps . À la naissance tous les enfants auront un petit revenu qu’ il faudra définir qui leur reviendra à la majorité pour les aider à s’installer dans la vie cet argent placé sous contrôle pourra financé d’autres projets d’envergure pour nos citoyens .Tout cela a été chiffré , la disparition des contrôles économisera sur des employés reclassés sur des secteurs en manque d’effectif d’où l’importance de l’universalité de ce salaire universel qui fera disparaître tous les autres types d’aides le rendra forcément viable .Déjà mis en place dans un ou deux pays précurseurs . Il a au moins le mérite de s interroger sur la paupérisation des classes moyennes.

Le problème est le revenu pour les étrangers pour ne pas créer un nouvel appel d’air. Premièrement cela permettra enfin de savoir statistiquement combien les étrangers rapportent et coûtent en France ils auront toujours un salaire mais il faudra attendre d’être français avec un véritable contrat de citoyenneté pour en bénéficier.

Tout cela est très novateur cela nécessite encore beaucoup de travail de nombreuses études ont été faites par des gens sérieux , pas des utopistes pour le moment on tend vers une classe de plus en plus riche et 75% d’une classe moyenne qui se revendique de cette appellation alors qu’ en fait ils ne sont que 40 % le reste se distribuant entre les classes dites aisées pas forcément à haut revenu ( héritage) et les classes populaires (30%) qui se revendiquent d appartenir aux classes moyennes comme les riches qui souvent sous estiment leur train de vie alors que les plus modestes veulent fuirent le terme de populaire à connotation péjorative pour eux . Le salaire l’universel et les classes moyennes sont deux notions intimement liées à l’heure où les retraites vont diminuer de 4% les retraités devenant les vaches à lait du gouvernement car c’est une classe qui a peu tendance à porter sa révolte dans la rue par son éducation et sa solidarité envers les jeunes générations et l’avenir toujours plus noir qu’on promet à leur petits enfants , de plus on a tendance à les rendre responsables d’une société qui n’a rien prévu et a connu des années glorieuses économiquement . Quant aux actifs des classes moyennes ils sont occupés à éviter le déclassement leur grande crainte, ils assument sans aides conséquentes une voir deux ou trois générations dans leur famille avec des besoins croissants, la culpabilité au ventre de ne pas assurer. On rogne sur tout pour eux : pas d’optimisation fiscale DeSCI de défiscalisation s dans des paradis fiscaux des héritages avec des droits prohibitifs par rapport aux autres pays européens des bourses inexistantes dans le secondaire tellement les plafonds de revenu sont bas pas d’aide judiciaire en cas de coup dure où Le stricte minimum des crédits immobiliers qui mobilisent leur énergie les empêchent de protester tant ils sont maintenu volontairement dans cette position des loyers irrécupérables par des locataires plus ou moins volontairement défaillants mais en tout cas protégés par des lois mortifères qui mettent en péril le travail d’une vie . Ils se trouvent en position d’asservissement qui leur fait redouter de tout perdre en cas de crise politique majeure ils n’ont plus qu’a attendre quelques jours d’aide encas de maladie dégénérative une maison de retraite à prix prohibitif qu’ils ont honte d’imposer à leurs enfants si leur revenus ne suffisent pas ´l’aide sociale est déjà récupérée sur les héritages même très modestes et on parle aussi de l’appât qui deviendrait récupérable (aide à l’autonomie personnalisée).
Les services sociaux ignorent en général cette classe sociale peu revendicatrice d’ailleurs habituée à s’en sortir seule : une majorité silencieuse qui doit s’unir se définir clairement et imposer ses limites à un gouvernement qui a trop longtemps compté sur son silence besogneux pour s’élever dans l’échelle sociale.
Unissons nous je suis prête à porter vos couleurs car je fais partie de cette classe qui seule peu changer la France si elle se reconnaît en temps que telle et refuse la fragmentation que lui impose volontairement le gouvernement.

Lu 454 fois