Imprimer cette page
lundi, 26 mars 2018 14:59

Quel avenir pour la ligne des hirondelles ?

Écrit par  Roland Watrin - Délégué Département Siel Jura

Au début des années 1860, des Hauts-Jurassiens, désireux de sortir de leur isolement géographique, ont décidé de participer au financement d’une ligne de chemin de fer. Cette ligne aurait un rôle économique majeur, puisqu’elle desservirait les scieries du Grandvaux, les aciéries et cimenteries de Champagnole, les forges de Syam, les horlogeries et lunetteries de Morez…  Cette ligne est retenue dans le classement de 181 lignes de chemin de fer d’intérêt général de la Loi du 17 Juillet 1879 (dite Plan Freycinet). Le 20 Février 1884 elle est déclarée d’utilité publique rendant ainsi la concession définitive. Le projet aura mit plus de 45 ans à se concrétiser pour relier Andelot-en-Montagne dans le Jura à La Cluse dans l’Ain. Le nom donné à cette ligne est dû à la beauté de ses viaducs, le relief tourmenté du Haut-Jura a imposé la construction de nombreux ouvrages d’arts : 36 tunnels et 18 viaducs.

Aujourd’hui la ligne des hirondelles a une vocation plus touristique, elle intègre d’ailleurs en 2003 le prestigieux club des trains touristiques de la SNCF. Des journées touristiques sont proposées et permettent une traversée du Jura. Au départ de Dole ville natale de Louis Pasteur, elle traverse la forêt de Chaux deuxième plus grande forêt de feuillus de France par sa surface, passage près de La Saline Royale d’Arc-et-Senans classée au Patrimoine Mondial de l’ UNESCO, nous emmène à la découverte du vignoble réputé d’Arbois, surplombe les forges de Syam, nous conduit dans le village de Morbier nom de l’illustre fromage comtois, dans la capitale française de la lunette Morez pour terminer son périple dans la capitale de la pipe : Saint-Claude.

Elle assure également le transport d’élèves de manière quotidienne. Permettant aux étudiants de rejoindre leur lycée dans le Jura mais aussi arriver dans leur université à Besançon ou Dijon.

Il était possible jusqu’au 12 Décembre 2017 de rejoindre la ville de Lyon, mais les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne-Franche Comté en ont décidés autrement. En fermant la portion de ligne St-Claude – Oyonnax.

Aujourd’hui c’est l’intégralité de la ligne qui est menacée. Le gouvernement jugeant trop cher l’entretien de ces « petites lignes », transfert la compétence aux régions. Le Contrat Plan de 2015-2020 de la région prévoit des travaux de pérennisation mais après ? Devons-nous craindre la disparition de la ligne ? Interrogé, le Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté ne sait donner une réponse quant au devenir de la ligne. Il parle de l’ouvrir à la concurrence et ainsi se décharger en oubliant leur fonction première c’est-à-dire le service public. L’ouverture à la concurrence entrainerait des effets néfastes : soit la non-reprise de la ligne par un autre organisme ferroviaire car jugée pas assez rentable, soit une forte augmentation du titre de transport. La région Bourgogne – Franche-Comté assure qu’elle souhaite par-dessus tout sauver la ligne des Hirondelles mais peut-on lui faire confiance après la fermeture de la portion Saint-Claude – Oyonnax, elle qui parlait même avant le 12 Décembre 2017 de faire en lieu et place de la voie ferrée une voie verte.

Le Siel du Jura dénonce totalement le manque de franchise de la part de la région Bourgogne – Franche-Comté et lui demande de clarifier son projet afin que les jurassiens en prennent connaissance. Le Siel du Jura ne déplore pas uniquement la fin d’un moyen de locomotion, mais la fin du rêve qu’ont brillamment imaginé nos générations antérieures, une page de l’histoire jurassienne se tournerait. Le Siel du Jura défendra la sauvegarde de cette ligne jusqu’à l’instant où nous auront la certitude de son maintien, nous rappelons également que les services publics doivent être sauvés, tout comme l’hôpital de Saint-Claude. Le Siel du Jura rappelle également au Conseil Régional que la ligne des hirondelles fait partie intégrante de l’identité des Jurassiens, et qu’en 123 km elle retrace notre identité gastronomique, historique, économique, géographique…

Lu 871 fois