Imprimer cette page
mardi, 17 mars 2015 23:00

Le SIEL condamne la suppression programmée des langues anciennes au collège

Écrit par 

Dans le cadre de sa réforme du collège, Najat Vallaud-Belkacem projette de supprimer les options de langues anciennes. Le ministre de l’Education entend y substituer de nouveaux « Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) ». Tournant ainsi le dos aux traditionnels cours de latin et de grec, jusqu’alors assurés par des professeurs de lettres classiques, le gouvernement socialiste va donc imposer à nos collégiens un enseignement, au contenu indéterminé, qui pourra être délivré par des professeurs exerçant dans d’autres disciplines.

Sous couvert de démocratiser l’éducation nationale, agissant sans la moindre concertation avec un corps enseignant hostile à cette réforme autoritaire, Najat Vallaud-Belkacem s’apprête à sacrifier les humanités, en les bannissant du champ des connaissances scolaires : nul n’ignore pourtant l’importance du latin dans l’épanouissement de notre littérature, son rôle dans l’élaboration de notre droit et son poids dans l’édification de nos institutions.

Avec la disparition programmée de cette filière d’excellence, le gouvernement socialiste met en œuvre, une fois de plus, une réforme idéologique qui accélère le déclassement d’un système scolaire à bout de souffle qui ne parvient plus à transmettre à nos jeunes générations les trésors de notre culture et les richesses de notre civilisation. Contre l’obsession égalitariste des socialistes, qui ruine méthodiquement la France, il convient de faire l’exact contraire en assurant partout l’apprentissage des savoirs de base et des disciplines classiques qui, seules, sont à même d’élever les âmes et les esprits.

Lu 2835 fois
Karim Ouchikh

Président du SIEL,
Conseiller municipal et d’agglomération de Gonesse,
Conseiller régional Ile-de-France.

Réseaux sociaux

Derniers textes de Karim Ouchikh