Imprimer cette page
mercredi, 16 octobre 2019 09:31

Soutien à Julien Odoul : la France se vit à visage découvert !

Écrit par 

Le Conseiller régional RN Julien Odoul est aujourd’hui au cœur d’une tourmente politico-médiatique.

Quel est son crime ? Avoir invité pacifiquement, le 11 octobre dernier, la présidente socialiste du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté à enjoindre une femme revêtue de la tête au pied d’un voile islamique à quitter l’hémicycle, au nom du respect du principe de laïcité.

Désavoué par la direction nationale de son propre parti, vilipendé par les médias, traîné dans la boue par la quasi-totalité de la classe politique, cet élu exemplaire fait l’objet depuis lors d’une campagne de dénigrement sans précédent.

L’objectif inavoué de ces apôtres du camp du Bien est clair : bâillonner définitivement, par la  méthode classique de la culpabilisation, les millions de Francais qui refusent le port de ce signe religieux ostensible au motif qu’il traduit l’expansion dans notre espace public d’un islam politique qui s’apparente de plus à une nouvelle forme de totalitarisme.

Julien Odoul a eu le courage de s’élever avec discernement contre cette provocation intolérable que d’aucuns essayent à présent de travestir en donnant à cette nouvelle affaire de voile islamique une dimension faussement compassionnelle.

Dans une tribune à paraître dans le journal Le Monde du mercredi 16 octobre, 90 personnalités profitent de la situation pour inviter Emmanuel Macron, non sans arrière-pensées idéologiques, à condamner « l’agression d’une accompagnatrice scolaire voilée ».

Le chef de l’Etat ne saurait donner une suite positive à cette interpellation militante, sauf à se contredire doublement  :
- condamner Julien Odoul, n’est-ce pas encourager davantage le port d’un vêtement religieux dans un cadre scolaire, ce que le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, entend prohiber justement ?
- condamner Julien Odoul, n’est ce pas contribuer aussi à démobiliser nos compatriotes dans notre combat collectif contre le terrorisme islamique, alors que nous sommes invités à bâtir ensemble, selon la consigne présidentielle, une « société de la vigilance » appelée à détecter partout les signes avant-coureurs de radicalisation ?

Porter ouvertement le voile dans l’espace public, singulièrement dans l’enceinte d’une institution de la République, c’est manifester en vérité la volonté d’imposer des pratiques vestimentaires et des codes culturels contraires aux modes de vie traditionnels de la société française. Mais c’est aussi favoriser l’importation en France d’un modèle de civilisation obscurantiste qui place les femmes dans un univers d’enfermement indigne, en leur refusant par ailleurs l’égalité avec les hommes.

Exprimant la voix de l’immense majorité silencieuse des Français, qui soutiennent comme moi l’initiative pionnière de Julien Odoul, quelques jours après la tragédie meurtrière de la Préfecture de police de Paris, j’invite le Président Emmanuel Macron à ne s’associer d’aucune façon à cette entreprise de rabaissement de la condition féminine, non sans lui rappeler solennellement que la France se vit plus que jamais à visage découvert.

Karim Ouchikh Président du SIEL
Conseiller Régional Ile-de-France 
Conseiller municipal de Gonesse

> SIGNEZ LA PÉTITION ! <

Lu 828 fois
Karim Ouchikh

Président du SIEL,
Conseiller municipal et d’agglomération de Gonesse,
Conseiller régional Ile-de-France.

Réseaux sociaux

Derniers textes de Karim Ouchikh