Imprimer cette page
vendredi, 06 décembre 2013 17:24

14-18 et l'Europe

Écrit par 

par Paul-Marie COÛTEAUX,
Président fondateur de Souveraineté, Indépendance Et Libertés (SIEL)

Géopolitique d'abord - La Nef N°254 de décembre 2013

14-188 novembre 2013. – Prenant autant de distance que possible avec les réalités du jour à mesure qu'il sent qu'elles lui échappent, le Président de la République lance le « centenaire de 1914 ». Curieuse chose ! Il nous faut rappeler dès 2013 un événement qui ne commença qu'en août 1914, et insister sur la panique initiale plutôt que de célébrer Verdun ou la victoire de 1918 – dans quatre ans certes, lorsque le bonhomme aura disparu dans les tréfonds d'une histoire qui, aussi pompeuses soient les révérences qu'il lui ménage, l'oubliera de toute façon...

Pourquoi prendre ainsi les devants ? L'explication est idéologique, donc inconsciente : l'européisme dominant craint la constante géopolitique que la guerre de 14-18 rappelle de tous côtés, que ce ne sont pas les nations qui font les guerres mais leur exact contraire, les empires. Il y eut le fol impérialisme issu de la Révolution française qui bouleversa l'Europe plus de vingt ans durant ; il y eut, après le demi-siècle qu'assurèrent l'équilibre de Vienne et la sage vision d'une Europe des États, un impérialisme allemand qui, répondant au français, tourmenta l'Europe pendant quatre-vingts ans, et finalement la détruisit. Telle est la leçon que devraient mettre en lumière ces commémorations si elles n'étaient pas manipulées : la grande Allemagne voulue par Bismarck s'est construite sur le modèle impérial, le IIe Reich de Guillaume aussi, comme le IIIe Reich d'Hitler. Il y a une parfaite continuité entre ces séquences, et 1914 n'est en somme qu'une date au milieu du long défilé ouvert par Sadova et Sedan, puis la blessure des provinces perdues, les provocations de Guillaume II, les batailles de 14 à 18 suivies d'un faux « entre-deux-guerres » où le conflit ne cessa jamais, des Dardanelles à l'Occupation de la Ruhr, de celle-ci aux menaces d'Hitler, l'avènement de l'impérial (et non national) socialisme n'étant que l'apothéose d'une politique de conquête par laquelle, en voulant « faire l'Europe », l'Allemagne l'aura finalement mise à genoux.

Cette continuité, l'historiographie contemporaine, y compris l'allemande, la reconnaît peu à peu. Si, en 1961, l'historien allemand Fritz Fischer souleva une vive polémique outre-Rhin en affirmant, dans son célèbre ouvrage Les buts de guerre de l'Allemagne impériale : « Dans la mesure où l'Allemagne a voulu, désiré et même favorisé une guerre austro-serbe, et dans la mesure où, confiante dans la suprématie de ses armes, elle l'a laissé éclater en juillet 1914 en pleine conscience d'un risque d'embrasement avec la Russie et la France, les autorités allemandes portent une part de responsabilité décisive » dans le déclenchement d'une guerre généralisée, il n'en reçut pas moins, peu à peu, le soutien de la plupart des historiens européens. Aujourd'hui August Winkler peut écrire sans soulever le scandale que « l'objectif de la Première Guerre mondiale n'était rien d'autre que l'hégémonie en Europe et l'ascension vers la puissance mondiale. L'armistice fut ressenti par les Allemands comme une injustice criante, bien qu'il préservât le Reich et qu'il lui ménageât la possibilité de reprendre la course pour la compétition mondiale. Il n'y eut alors ni débat ni autocritique sur les causes de la guerre, malgré la publication en avril 1919 d'un recueil de décisions gouvernementales, dont le contenu ne laissait planer aucun doute sur le fait qu'en juillet 1914 les autorités allemandes avaient tout fait pour attiser la crise ».

Il est à craindre que, à la faveur du centenaire de 1914, la polarisation sur l'effroi de toute guerre, la tragédie des fusillés et les horreurs de « la boucherie » masqueront la leçon de géopolitique, savoir l'opposition cardinale entre la logique des nations et celle des empires. Les catholiques ne doivent pas tomber dans le piège : ce ne sont ni les diatribes contre les guerres ni les incantations à la paix qui feront l'Europe, mais l'équilibre des nations et le refus de toute dérive impériale aux violences sans fin.

 

Lu 3189 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL