Imprimer cette page
vendredi, 19 septembre 2014 16:42

Pourquoi je crois, moi, qu’une présidence Marine Le Pen est possible…

Écrit par 

par Laure Fouré
Adhérente au SIEL

Source : http://www.bvoltaire.fr/laurefoure/crois-quune-presidence-marine-pen-possible,104739

jeanne-darc-565x250Dans un récent article paru sur Boulevard Voltaire, M. Nicolas Bonnal tente de prouver qu’une présidence de Marine Le Pen serait impossible.

Selon lui, les technocrates de Bruxelles et les patrons de la finance internationale – bref, les acteurs du nouvel ordre mondial mis en place par les États-Unis – auxquels se joindraient les bobos parisiens, les islamistes des banlieues et les monarchies pétrolières du Golfe, tous convaincus du caractère « fasciste » des idées du Front national, empêcheront l’installation en France d’un pouvoir souhaitant restaurer dans tous les domaines la souveraineté de la nation.

Constatant que la démocratie est devenue illusoire, notre auteur avance que, pour paralyser le gouvernement frontiste, pourtant régulièrement issu des urnes, les Américains fomenteront une nouvelle « révolution orange », voire un « printemps arabe », en vue de renverser une « dictature » qui sera immanquablement accusée de violer les droits de l’homme et les libertés publiques.

Pour illustrer sa démonstration, M. Bonnal rappelle que si Georges Bernanos qualifiait les pessimistes d’imbéciles malheureux (catégorie à laquelle il affirme appartenir), il tenait les optimistes pour des imbéciles heureux. Mais il oublie de préciser que l’auteur du Journal d’un curé de campagne transcendait ces deux écueils par l’Espérance. 

Alors, certes, des militants antiracistes et les innombrables associations bien-pensantes, soudain privées de subventions, organiseront des manifestations destinées à provoquer des désordres dans les rues de nos villes et des émeutes dans les « quartiers sensibles », et la « communauté internationale » cherchera probablement à faire voter par l’ONU des sanctions contre la France.

Mais il reste que notre pays n’est ni l’Ukraine ni la Tunisie ni l’Irak et que Marine Le Pen pourra exercer le pouvoir si elle sait prendre très rapidement, avec habileté et fermeté, toutes les décisions qu’impose le redressement de la France ; si les citoyens qui l’auront élue soutiennent sa politique par tous les moyens dont ils disposent et si son exemple encourage, comme il est vraisemblable, la réaction des autres peuples d’Europe, inquiets pour la survie de leur identité face à l’immigration massive de populations musulmanes.

La nouvelle Présidente devra, bien sûr, faire preuve de beaucoup de détermination et d’énergie pour conduire son programme et conquérir l’estime de ses homologues étrangers afin de redonner à la France toute sa place dans le concert des nations.

Quoi qu’il en soit, n’oublions pas que l’histoire n’est jamais écrite à l’avance et qu’elle ne connaît que le sens que les hommes lui assignent, ce que Dominique Venner a démontré dans son essai L’Imprévu dans l’histoire.

Enfin, gardons toujours à l’esprit la profession de foi de sainte Jeanne d’Arc : « Les hommes combattront et Dieu donnera la victoire. »

Lu 2363 fois
SIEL


Souveraineté, Identité Et Libertés

Derniers textes de SIEL