Imprimer cette page
mercredi, 12 août 2015 13:54

Non au remplacement d'Albert de Mun par Olympe de Gouges !

Écrit par  Bertrand Lecourvoisier

Le SIEL soutient l’initiative de la CFTC qui dénonce le projet de Claude Bartolone, président de l’assemblée nationale, de passer par pertes et profits le buste d'Albert de Mun trônant actuellement dans la salle des quatre colonnes de l'assemblée nationale aux cotés de jean Jaurès.

En février 1886, ce député a notamment déposé une proposition de loi interdisant le travail des enfants de moins de 13 ans et a défendu parallèlement l’instauration du repos dominical. Ses positions sociales pourraient justifier le maintien de la mémoire de cet illustre parlementaire, tel est le sens équilibré de la position de la CFTC. Encore que la défense du travail dominical peut paraître aujourd’hui comme une notion subversive tant le front RPS est soudé, en témoigne la loi Macron, pour abattre ce droit au nom du tout économique.

A son époque, il s’opposait au socialisme et au libéralisme. De là vient son principal problème aux yeux de nos socialistes actuels. Ajoutons que chrétien, il rejetait la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, et nous comprenons mieux aujourd’hui que son nom soit voué aux gémonies socialistes. A partir de là, l’équilibre politique du duo Jaurès – de Mun ne peut plus être respecté et la gauche doctrinaire veut ainsi tout nettoyer à sa couleur en substituant la figure trop chrétienne par la bien plus révolutionnaire Olympe de Gouges.

Comptez vos jours de pouvoirs ô doctrinaires, le pays réel reprendra sous peu son bien !

Lu 2406 fois