Imprimer cette page
mercredi, 23 mai 2018 21:02

Le port d’armes citoyen, faux problèmes et vraie solution contre le terrorisme

Écrit par  Patrick Leclerc, délégué régional Normandie

L’enquête sur l’agression au couteau survenue à Paris le 12 mai, près de l’opéra Garnier, continue à faire quelques lignes dans les médias. Nombreuses ont été les réactions sur Twitter et Facebook (ces médias alternatifs que certains voudraient museler…), et bien plus nombreux qu’à l’habitude, ont été les commentaires reparlant du port d’armes, de l’impuissance des forces de l’ordre. Bien sûr, il y a toujours les « pro » et les « anti », chacun avançant chaque fois que ses arguments sont les seuls valables.

Et puis, le vendredi 18 mai, il y a eu une fusillade, survenue dans un lycée de Santa Fe au Texas, qui a fait 10 morts et 10 blessés.

Les médias « classiques » sont alors repartis en campagne avec leurs titres accrocheurs avec (volontairement ou pas) pour effet de nous faire culpabiliser comme s’ils militaient contre les armes. Etonnant venant d’une profession qui se doit d’exposer des faits sans avoir (normalement) de parti pris.

Mesdames et Messieurs les journalistes, et autres personnes « influentes » qui relayez des informations, replacez toujours les sujets dans le contexte afin d’être objectifs. Quand vous donnez des statistiques d’attaques, d’agressions avec des armes à feu, des armes de guerres, précisez quand il s’agit de voyous qui se procurent des armes au marché noir… Dites quand des citoyens ont permis de neutraliser des agresseurs…

Concernant les lois sur les armes, ne comparez plus jamais les Etats-Unis avec la France ! La législation y est beaucoup trop différente ! Le 2ème amendement de la Constitution des Etats-Unis leur appartient et le rappeler à chaque fusillade de servira jamais à trouver des solutions pour la France.

Aujourd’hui, des propositions sérieuses existent. Des associations font un travail remarquable pour réinformer le peuple.

L’ARPAC, l’Association pour le Rétablissement pour le Port d’Arme Citoyen en est une. Ses membres sont des citoyens soucieux de leur sécurité et de leur liberté. Ils souhaitent que la question du port d’arme existe dans le débat public, et qu’elle ne soit pas, comme bien souvent, balayée par l’éternel refrain « les armes c’est mal » !

Pourquoi militer pour le port d’armes ?

Quelques exemples de réponses :

-Parce que le droit de se défendre est le premier droit élémentaire de tout être vivant,

-Parce que la police ne peut pas être partout à la fois,

Les conséquences du contrôle des armes dans l’Histoire ont souvent été désastreuses pour les peuples :

En 1911 contrôle des armes en Turquie ; Entre 1915 à 1917, 1,5 million d’Arméniens, incapables de se défendre, sont fusillés et exterminés.

En 1938 l’Allemagne instaure le contrôle des armes ; Entre 1939 et 1945, 13 millions de Juifs, de Tsiganes, d’homosexuels, de prisonniers politiques et d’autres, incapables de se défendre, sont fusillés et exterminés.

Ces exemples ne sont malheureusement pas les seuls dont l’Histoire se souvient.

Une législation existe déjà en France autour des armes. Elle est déjà bien établie et bien contraignante (pour ceux qui la respectent). Saviez-vous que le port de toute arme est interdit en France ? Même pour un canif, même pour une petite bombe lacrymogène https://www.arpac.eu/la-legislation-francaise-sur-les-armes/ ?

L’ARPAC demande le rétablissement du droit au port d’arme citoyen en respectant des conditions préalables bien définies https://www.arpac.eu/ce-que-nous-proposons/ et propose aussi des pistes de réflexion pour faire évoluer la législation autour de la légitime défense et le port d’arme https://www.arpac.eu/pistes-pour-un-changement-legislatif/ .

Il n’est pas question de permettre à n‘importe qui de pouvoir s’armer ! Il faudrait, entre autres, faire preuve de volontarisme, d’assiduité à l’entrainement, ne pas avoir d’antécédents judiciaires ou psychiatriques, suivre des formations théoriques et pratiques égales à celles des forces de l’ordre…

Ses objectifs sont :

De donner le droit aux personnes (jouissant de leurs droits civiques) d’acquérir, posséder, transporter, porter, utiliser, vendre, léguer et hériter des armes à feu, éléments d’armes et munitions au titre de la défense des personnes, des biens et de la Nation.

D’instaurer le principe de protection de la vie en définissant la menace d’atteinte à l’intégrité physique et la privation de liberté comme des violences illégales entraînant l’absolue nécessité de se défendre en ayant si besoin recours à des moyens létaux.

D’instaurer le principe de sanctuarisation des lieux de vie et propriétés privées (domiciles, commerces, véhicules, terrains clos) en définissant leur violation comme une violence illégale entraînant l’absolue nécessité de se défendre en ayant si besoin recours à des moyens létaux.

En 2017, en République tchèque, le Parlement a adopté un amendement à leur Constitution qui prévoit qu'en cas d'attentat terroriste, les habitants pourront utiliser leur arme à feu.

Ce qu’ils ont fait peut l’être aussi en France. Il faut peut-être seulement que nos dirigeants le veuillent bien…

Lu 3299 fois